Tables lozériennes (et autres)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par A verdade do privato le Mer 11 Juin - 11:58

La prochaine fois je ferais le serveur, non mais, il n'y a pas idée de nous appâter de cette façon & de n'avoir rien laissé !

Je veux le cahier de réclamation... En urgence,
avatar
A verdade do privato
Membre
Membre

Nombre de messages : 687
Age : 27
Points : 3797
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Ven 19 Sep - 11:38

Les temps sont durs. Gagnez plus en travaillant plus, tè ! Mon œil. Alors les vacances s’en ressentent. Nous avons donc décidé de sortir moins et essayer de sortir « mieux ». En Lozère ça c’est traduit par un diner à La Petite Maison à Saint Alban.
Dans un cadre chaleureux au régionalisme discret, l’accueil est professionnel, poli et réservé sans être froid. Le chef prend lui-même les commandes. Menus et cartes offrent un large choix de prix et de plats. Les prix montent assez haut d’ailleurs. Nous choisissons de panacher un menu du terroir (28€) et un autre offrant des recettes plus rares (38€). Après amuse-gueules et mises-en-bouche, arrivent donc des pieds de porcs panés au sésame sur un lit de salade d’un côté et un pressé de foie gras aux pruneaux et pain d’épices de l’autre. Les pieds de porc désossés perdent un peu de leur intérêt et le sésame n’ajoute rien de fondamental. Quant aux pruneaux, ils dominent un peut trop la douceur du foie gras et du pain d’épices. Suivent une truite fario garnie de truffade. La truite, ouverte comme une trousse, a été débarrassée de ses arêtes. La truffade est fondante à point et l’ensemble est légèrement arrosée d’un délicieuse sauce aux girolles. Impeccable ! L’autre poisson est un filet d’omble chevalier à la réduction d’endives. Nickel chrome aussi ! Le mariage entre la douceur de la chair de l’omble et l’amertume discrète des endives est un enchantement pour les papilles. A l’omble des jeunes endives en fleur aurait écrit Marcel Proust. Le Passage des fromages régionaux rehaussés d’amandes et de fruits secs et d’une faisselle sur lit de glace au coulis de fruits des bois est réussi. La conclusion se fait sur une coupétade aux mures et framboises aussi qui sent bon la recette traditionnelle. Quant au dôme lozérien, je l’ai trouvé un peu surchargé en saveurs à la châtaigne. La carte des vins propose tout le terroir français. Choix fut fait d’un Saint-amour 2004, fruité, léger mais avec suffisamment de présence pour accompagner l’ensemble.
Le tout dans une ambiance musicale feutrée, avec notamment des enregistrements de loups, Gévaudan oblige.
Pour les fans, la maison propose une collection de 350 whiskies du monde entier. Les amateurs de bidoche pourront s’user les canines sur de la viande bison accommodée de diverses façons.
Résultat de la visite : une très bonne table bien placée dans sa catégorie, un très bon rapport qualité/quantité/prix et donc une adresse recommandable.

avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Fraissinet le Ven 19 Sep - 14:13

Si vous avez eu le temps de faire quelques économies, vous pouvez essayer le restaurant l'Adonis à Florac.

Quel est l'imbécile qui a ajouté et le restaurant l'Artémis à Ephèse?
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6477
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mar 30 Sep - 13:55

A Florac toujours, le resto du Grand Hotel du Parc ? C'est bien ?
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par millou le Mar 30 Sep - 16:23

sunny

Avec la crise économique actuelle tu pourrais pas donner aussi les adresses des meilleurs sandwicheries
lozériennes lol!

le resto du grand hotel du parc est bien .Le soir on peut manger dans le parc et c'est tres agréable.
avatar
millou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2482
Points : 5334
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mer 1 Oct - 10:13

affraid
Des sandouitches ? T'es fou ! La famille ne mange pas de ce pain la.
Par contre, pour bien manger à petits prix, il y a Chez Rachas à Mende, Chez Bastide au Malzieu (y a un menu avec des grenouilles autour de 20e), chez Sauvy à Ispagnac, chez Lauraire au Chastel-Nouvel. Il y a aussi une adresse à Chanac, mais je sais plus comment ça s'appelle.
Et les autres, y doivent avoir des tuyaux aussi ?
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mer 1 Oct - 14:31

http://www.slowfood.fr/france

Qui se lance pour un convivium lozérien ?
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mer 5 Nov - 11:25

Toussaint, c’est l’une des occasions pour un passage sur la terre des ancêtres. Celui de 2008 aura été mouvementé à cause des conditions météo. Nous étions sur la N106 à 12h30 au niveau du Can de la Roche à la recherche d’un havre de restauration. On avait passé le Chastel-Nouvel et sa Baraque du Chastel, la ferme-auberge de Saltel m’avait une fois servi un aligot frelaté, l’auberge de Malassagne, on ne sait jamais si elle est ouverte et à Serverette, d’une part le patron de l’auberge des Amarines n’est pas toujours très sympathique, d’autre part la route était coupée. Que restait-il ? Surprise : le restaurant du Plateau du Roy à Rieutord avait rouvert ses portes, après presque 4 ans de fermeture.
La salle était bien remplie, on nous propose d’entrée le menu du jour (soupe, blanquette de veau, spaghettis, fruits). Bof ! A être en Lozère, autant sortir un peu de l’ordinaire. Après consultation de la carte, les premières contrariétés se font au passage de la commande avec la patronne, personne très aimable au fort accent de Lorraine. Le menu propose des grenouilles mais pas du pays, des escargots du pays mais y en a plus. Il faut se rabattre sur la cassolette de St Jacques, mollusque lozérien typique du lac de Charpal tout proche. Cette entrée est excellente, copieuse, avec une sauce à base de crème fraiche, réduction de poireaux et vin blanc. A suivre, un pavé de bœuf d’Aubrac aux girolles, mais comme il n’y a pas beaucoup de girolles, il sera en forestière. Bon. Rien à dire sur le pavé ni la sauce à l’armagnac qui l’accompagne. Par contre, la forestière se révèle être un mélange de champignons, pas tous très bons, dont certains ont du être cueillis au fond du congélo et surement pas dans les bois. En plus, ils ne sont pas assez rissolés, il n’y a pas de persil et les gousses d’ail ont du être débitée à la hache tant les morceaux sont gros.
Rien à dire sur le plateau de fromage. Au dessert, nouvelles contrariétés, la dernière part de l’opéra annoncé sur le menu a été mangée par le cuisinier (authentique !). Il ne reste que du vacherin et du nougat glacé, pas de pâtisseries, rien ! La glace en novembre avec à peine 10° dehors, pas terrible. Et la encore merci Mr Picard. La farandole de desserts prévue se transforme en retraite de Russie.
Le tout pour 29€. Dommage, autrefois cette table faisait partie des valeurs sures du département, avec le Grand Connétable à Chateauneuf, Prouhèze à Aumont, la Baraque de Tremollet, le Parc à Florac, le Lion d’Or à Mende ou Gomy à Villefort. Epoque révolue ! Le seul plaisir a été de se retrouver dans un décor qui n’a pas changé. A part ça, l’estomac est resté sur sa faim et le porte-monnaie a fait la gueule. J’en ai presque regretté la soupe, la blanquette et les nouilles.
Neutral
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mar 3 Nov - 9:01

L’Ousta Bas, à Couffinet (48130)
Sur la D 809 (ex N9) 8km avant Aumont-Aubrac en venant du sud.

On arrive dans une bâtisse traditionnelle en granit, quasiment sans panneau pour signaler sa présence, l’Ousta Bas qui semble se cacher tire probablement son nom des marches qu’il faut descendre pour accéder à la salle de restaurant, et au niveau peu élevé de son plafond. Les tables qui peuvent accueillir jusqu’à 30/40 personnes se répartissent face à une immense cheminée, son cantou et son four à pain, sous des poutres en bois foncé qui donnent une authentique ambiance campagnarde.
Ouvert il y 24 ans, l’équipe joue à cent pour cent la carte du terroir, de la tradition et de la qualité, exempt de produits douteux. Ici on refuse les OGM, les aliments industriels et autres facilités modernes.
Offert par la maison, une coupelle de saucisse sèche permet de prendre son temps pour choisir parmi les menus proposés, riches et variés. Cela faisait d’ailleurs longtemps que je n’avais pas eu de difficulté à choisir à cause de la palette de mets disponibles et de recettes locales !
En entrée, une quiche au bleu d’Auvergne se révèle bien plus gouteuse que celles faite au roquefort, le bleu se tient mieux lorsqu’on le chauffe. Autre choix, une assiette de charcuterie est servie pleine à ras bord de saucisse sèche, saucisson, farci, fricandeau, jambon cru, grisets au vinaigre, terrine, confit d’oignons, le tout accompagné, comme la quiche d’une superbe salade fraichement coupée et parfaitement assaisonnée. Les produits sont élaborés chez Mr. Gravil, boucher-charcutier à Aumont.
A suivre, une tête de veau vinaigrette bien tiède, ou le maigre l’emporte largement, rappelle de lointains souvenirs de cuisine familiale, c’est dire la réussite de ce plat de plus en plus rarement proposé et tout aussi rarement satisfaisant. L’autre plat est un faux filet d’Aubrac au beurre persillé. Servi à point, la viande est tendre et gouteuse, fondante, et se marie à merveille avec le beurre manié au persil qui apporte sa touche épicée. Les assiettes, sont en plus garnies de tomates provençales et courgettes grillées. En accompagnement, on nous sert un aligot préparé comme avant la mode, c'est-à-dire avec de l’ail coupé fin mais pas écrasé, une purée de pommes de terre digne de ce nom, et ou le gout de la tomme n’est pas noyé par la douceur d’un abus de crème fraiche.
Le plateau de fromage est à l’image du lieu : rustique, solide, charpenté et efficace. Quant aux dessert, ils allient eux aussi le savoir faire local, destiné à nourrir son homme (ou sa femme), mais habilement allégé par l’heureuse adjonction de sorbets, agrumes ou sirops. Le fondant chocolat châtaigne au sorbet de mandarine était excellent, le seul bémol sera pour la tarte aux myrtilles, dont la garniture était néanmoins conséquente, qui aurait favorablement supporté un peu plus de sucre.
Au final, je vous recommande cet établissement qui sert de nombreuses préparations, avec des produits de qualité et un tour de main très professionnel. Aux antipodes de ses voisins d’Aumont, comme Le Compostelle ou Chez Camillou, à l’Ousta Bas, l’accueil d’Hélène et Denis est simple mais chaleureux et convivial, la cuisine est bonne et copieuse et le porte-monnaie est loin d’être agressé puisque les menus décrits étaient à 19,80 et 26,50 €. Et les vins me direz-vous ? A l’égal du reste, large choix de crus et de régions, les rudes vins d’Auvergne étant placés en tête de choix, proposé en pichet, bouteille ou demi bouteille et au verre (Côtes du Rhône) pour les conducteurs.
Etape idéale donc pour celles et ceux qui voudraient retrouver une auberge à l’ancienne, où on mange bien pour pas trop cher, créneau qui a tendance à disparaitre en Lozère.

http://oustabas.free.fr/index.htm
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Mar 10 Nov - 19:58

avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Surcouf le Mer 11 Nov - 13:43

Rolling Eyes

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5646
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Mer 11 Nov - 13:46

comme beaucoup de restos loézriens commence à hiberner jusqu'en Avril
autant donner des adresses ouvertes toute l'année lol!

et puis pour les islamophobes, appelez ça sandwichs grecs Idea
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par salazie le Mer 11 Nov - 17:18

WOUAIS BOF
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4526
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mar 2 Mar - 12:36

Le restaurant Chez Camilou à Aumont-Aubrac a perdu son étoile au guide Michelin. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'y aller, mais les tables étoilées (ou ex etoilées), à cause du mauvais rapport quantité/prix ne m'attirent pas vraiment.
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Sam 27 Mar - 7:01



............


........

je préfére les restos, qui n'ouvrent pas que pour les touristes...
donc ce soir ce sera ici :

http://lecantouduponcet.monsite.wanadoo.fr/page2.html




sunny
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par salazie le Sam 27 Mar - 16:33

parce que tu es encore en lozere toi!
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4526
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Sam 27 Mar - 16:50

cilaos a écrit:

............


........

je préfére les restos, qui n'ouvrent pas que pour les touristes...
donc ce soir ce sera ici :

http://lecantouduponcet.monsite.wanadoo.fr/page2.html




sunny

Salazie a écrit:parce que tu es encore en Lozère toi!

Ben oui, puisque c'est notre centre du monde Wink
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Mar 15 Juin - 12:35

Voila une adresse comme je les apprécie tout particulièrement. A la sortie d'une courbe, soudainement un panneau bondis du talus pour signaler un lieu où l'on mange. "Délices de l'Aubrac" prétend fièrement la pancarte ! Qui plus est, on y annonce des spécialités lozériennes. L'endroit fleure bon la simplicité, le bâtiment a à priori été restauré récemment. L'intérieur dégage une ambiance campagnarde désuète grâce à son mobilier de bistrot. Autre signe encourageant, ces inimitables pichets à vin ont survécu aux années 70. Une fois éliminées les pizzas, la carte propose un honnête choix de formules et une variété de plats inattendue. La gamme de prix, de 14 à 23€, est compétitive. Nous commandâmes donc une omelette aux cèpes en entrée. La chose arrive, cuite à point, baveuse à l'intérieur, largement garnie de … cèpes et accompagnée d'une salade qui n'avait pas du quitter son potager natal depuis longtemps tant les feuilles sont craquantes. La suite était composée de tripoux d'auvergne et d'une saucisse. La encore, que du contentement. Les tripoux sont gouteux, pas caoutchouteux comme parfois, et la taille de la saucisse est peu commune. L'aligot servi pour accompagner est excellent, servi lui aussi sans radinerie dans une cassolette à part. L'établissement faisant aussi salon de thé, la gamme de pâtisserie est elle aussi surprenante. Le baba au rhum et la tarte aux myrtilles maison referment aussi agréablement qu'elle s'était ouverte cette étape en terre d'Apcher. Annie et Alain Leroux font aussi dans les truites, le magret, la coupétade et tous les fromages du coin en plus des chèvres des Cévennes. La satisfaction ressentie est confirmée par l'arrive d'un groupe d'indigènes qui, au vu des embonpoints et des couleurs des visages, rappellant un peu les peintures de guerre des Iroquois, n'a manifestement pas l'habitude de faire maigre lors de ses sorties. Leur jovialité communicative et l'amabilité des aubergistes nous auraient presque fait rester un peu plus pour gouter une grillade de bœuf arrosée d'un second pichet de vin de Saint Chinian. Le seul bémol de cette étape est du à l'agressivité inhabituelle des quelques mouches qui, par faute de perchoir, se posaient un peu trop souvent sur nos augustes personnes. Ce sympathique restaurant est à Aumont-Aubrac, à la sortie de Pont Archat quand on vient de Saint Chély.
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Ven 5 Nov - 11:07

En ces derniers jours d'octobre, pendant que Taranis, Dieu du tonnerre, des orages et de la pluie, faisait tomber sur les Cévennes un épisode dont il a le secret pour laver ces terres hautes en altitude mais basse en latitude et leur redonner quelque éclat automnal, Bélénos, plus clément, dardait quelques rais timides sur les hauts plateaux gabales, à peine entrecoupés d’un crachin revigorant de temps à autre. Il est vrai que le climat au nord du Gévaudan, régulier et mesuré, favorise une nature toujours belle et des saisons équilibrées, au contraire des excès climatiques sudistes. Nous nous trouvions au cœur du territoire de la Bête, entre Saugues, Aumont et Sainte Eulalie. Après les pérégrinations liées à la fête de Samain et à quelques haltes consacrées à l’achat de produits du terroir, nous nous rendîmes aux Faux de St Alban pour la pause déjeuner.

Une table réservée à l’Oustal de Parent nous attendait. Le bâtiment est un ancien corps de ferme, de taille respectable, rénové sans que le cachet n'ait eu à en souffrir. On pénètre par ce qui était la maison d’habitation. Elle était peuplée ce jour la d’une assemblée joviale et bruyante de chasseurs, à la couperose aussi rouge que la boisson jaune qui glissait à un rythme soutenu des verres aux gosiers. La présence de ces indigènes est toujours bon signe, indice que la chère doit être copieuse et mitonnée selon la tradition. La salle du restaurant, installée dans ce qui était l’étable, est de dimensions imposantes, ce qui permet à chaque table de disposer d’un espace vital appréciable, à la différence de beaucoup d’établissement qui confondent clients à soigner avec sardines à presser.

La carte confirme ce qu’induisait l’affluence d’autochtones en peintures de guerre. Charcuterie, champignons, salades composées, foies gras, bœuf, canard, veau décliné en rôti ris et tête, fromages, tout identifie la cuisine locale. L’entame se fait une tête de veau sauce gribiche. Généreusement servie avec plusieurs catégories de viande, gras, maigre et langue, on a un peu regretté la surabondance de câpres dans la sauce. De l’autre côté, un foie gras mi cuit aux oignons confits dressé sur une lauze se révèle particulièrement fruité et fondant. En deuxième plat, un magret de canard fourré au foie gras et arrosé de jus de truffe se présente superbement bronzé dehors et rosé dedans. Accompagné d’endives braisées, aligot et flan de courgettes, c’est un équilibre subtil entre les douceurs du foie et de l’aligot, l’amertume des endives et les saveurs franches, animale du magret et terrienne de la truffe. Le plateau de fromage est classique, riche, proposant les gloires locales de tout le département auxquelles s’ajoutent quelques incontournables produits nationaux.

Jusque là tout allait bien. Le choix des desserts est un peu faible par rapport aux autres temps du repas. Face à des propositions peu originales, c’est un peu par défaut que furent sélectionnées des crèmes brulées. Les confections campagnardes de ce dessert réservent parfois de sacrées bonnes surprises. Ca n’a pas été le cas puisque elles n’étaient pas maison mais probablement élaborées industriellement, impression étayée par leur aspect, leur gout et surtout que la préparation, insuffisamment délayée se révèle pleine de grumeaux. Fort heureusement, le personnel, un peu froid et austère dans sa communication, entièrement masculin, change sans la moindre hésitation (mais sans excuses non plus), ces coupables coupelles. Pour 28€, c’est dommage de finir sur une note négative une dégustation sans erreur jusque la.

Néanmoins, avec ses multiples menus et formules, de 12 à 36€, l’adresse reste hautement recommandable. La carte des vins était tout à fait respectable, mais des obligations routières nous ont contraints à un modeste pichet de vin rouge d’une grande banalité mais d’un prix compétitif.

L’oustal de parent
Les Faux
48120 Saint Alban sur Limagnole
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Dana Grolulu le Jeu 3 Fév - 10:55

L'auberge de Langlade, située dans le village éponyme, vient de voir ses efforts récompensés en rejoignant les prestataires touristiques labellisés « Qualité Sud de France ». L'établissement est tenu depuis mars 2010 par un couple de normands (cuisine au beurre), Martine et Gérard Dugard. Ils s'appellent Dugard, sont de Normandie et tiennent une auberge en Lozère dans le village epoNîmes. J'espère que c'est clair pour tout le monde ?

Auberge de Langlade, Village de Langlade, 48000 Brenoux
http://www.auberge-de-langlade.com/
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4131
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Surcouf le Ven 8 Avr - 8:41

Le seul intérêt de la mondialisation, c’est les rencontres qu’on peut faire avec d’autres peuples, d’autres coutumes et d’autres horizons. C’est ainsi que depuis 2010, je participe à des soirées culturo-culinaires ou chacun cuisine à tour de rôle des plats représentatifs et identitaires. Pour le moment, on déjà visité les contrées sauvages d’Auvergne (jambon cru, tripoux, aligot, rognons de veau) et hier soir nous avons découvert des préparations du Tarn, de Lacaune pour être précis. Il y avait au menu des melsats, petits palets de chair à saucisse mêlée d’œufs et frits à la poêle qui accompagnèrent l’apéritif. Après, du boudin aux morceaux, c'est-à-dire avec un peu de maigre de viande en plus du sang et des oignons. Comme entremets furent servis des cous de canards confits, délicieux d’autant que ça se mange avec les doigts. Des andouilles avec de la purée de pommes de terre faisaient le plat principal. Pour finir, une tarte aux pommes, pas du Tarn mais maison apportait la touche sucrée. La partie liquide et vinicole, élément incontournable de ces agapes, coulait de bouteilles de Gaillac rouge du château Escabe cuvée L’Orangerie 2008. La jeunesse du vin tombait à point pour relever les saveurs salées et un peu douces de la graisse de d’oie qui avait permis la cuisson de tous les plats. Par contre, les participants furent surpris (et attristés) de l’absence de plateau de fromages ! Comme quoi, les territoires situés au sud du Lot, sans être hostiles, n’ont pas, il faut bien le reconnaître, le même degré de civilisation. Ces rencontres se font entre gentlemen, c'est à dire sans gentlewomen, afin d'éviter les remarques désobligeantes sur le poids calorique que pourraient avoir ces repas ou une surveillance trop stricte de l'ethylométrie qui plomberait un peu l'ambiance.

La digestion se fait autour d’une partie de belotte, pendant laquelle on peut constater l’infinité de variantes et de règles qui changent au gré des terroirs.

Prochaines étapes prévues de ce tour du monde alimentaire, l’Aveyron, la Toscane, la Gallice (pulpo a la gallega) puis la région marseillaise (pieds et paquets à la provençale avec coinchée pour terminer), avant de retourner Lozère à l’automne.

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5646
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Sam 5 Jan - 19:36

avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par isavril le Mar 26 Fév - 11:02

C'est vrai qu'on a tendance à manger de la merde...
"Des antibiotiques sont ajoutés en doses très faibles aux aliments des animaux sains. Ce sont des additifs alimentaires, utilisés le plus légalement du monde comme facteurs de croissance.
En France, pratiquement tous les cochons, tous les dindons, tous les veaux, deux poulets sur trois, et un tiers des bovins à viande reçoivent des aliments supplémentés par des additifs antibiotiques. Seuls les élevages répondant aux critères de l'agriculture biologique et les productions sous label n'utilisent pas d'additifs."

Où peut-on trouver un bon restau végétarien en Lozère?
avatar
isavril
Membre
Membre

Nombre de messages : 213
Points : 2161
Date d'inscription : 25/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par cilaos le Mar 26 Fév - 18:12

isavril a écrit:C'est vrai qu'on a tendance à manger de la merde...

Où peut-on trouver un bon restau végétarien en Lozère?


mystère ! mais je te déconseille celui ci :

RESTAURANT: MON P'TIT CHOU
8, rue saint privat - Mende


cher, service déplorable, pain de la veille...
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 56
Points : 11020
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par kaïou le Mar 26 Fév - 18:50

cilaos a écrit:
isavril a écrit:C'est vrai qu'on a tendance à manger de la merde...

Où peut-on trouver un bon restau végétarien en Lozère?


mystère ! mais je te déconseille celui ci :

RESTAURANT: MON P'TIT CHOU
8, rue saint privat - Mende


cher, service déplorable, pain de la veille...

ah oui,la c'est carrément du foutage de gueule,comme dans la plupart de ces restos végétariens ou l'on te fais payer à prix d'or une salade insipide de merde,et je ne parle ici que du plat le moins cher.Bienvenue aux cons c'est le prochain qui ouvre en Lozère.
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7279
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tables lozériennes (et autres)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum