Histoire (les premiers Lozériens)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire (les premiers Lozériens)

Message par millou le Ven 7 Déc - 18:48

sunny

Les premiers Lozériens

Ils vivaient dans des grottes,on peut facilement retrouver leurs traces en se promenant sur les causses.Ils y ont laissé des dolmens et des méhirs,pour en citer quelques un il faut voir les mégalithes de la fare,du camp des anglais,de la rouvières,de la condamine,de bramonas,de grèzez,de marconnières,de malavieillette ect ;

Des traces ont été également trouvé dans les grottes pour en citer quelques unes Nabrigas,dargilan,pourgnadoire,st chely-du-tarn,chabrits.

Les premiers Lozériens se servaient d’armes(flèches,haches,lances,couteaux)

Ils pratiquaient avec précision la remarquable opération de la trépanation.
C’est a force de se trépaner entre eux que le développement de leur cerveau
Progressa.
Les premiers scientifiques naquirent de ses expériences.Leur premier invention au fond d’une grotte fut le délicieux fromage de roquefort.
avatar
millou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2482
Points : 5254
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par baboulaa le Ven 7 Déc - 20:10

Il y a de quoi gratter dans cette période.
Je compte sur toi pour nous éclairer Millou.

Au fait c'est grâce à la trépanation que les Lozériens sont des grosses tête? (et pas de mule.. affraid )
avatar
baboulaa
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 4636
Age : 117
Points : 6114
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par Piboule le Ven 7 Déc - 20:32

Vi, ils ont tout remis, mais pas dans le bon ordre Smile

Ne gueule pas baboulaa je cite simplement une expression typiquement lozérienne que je trouve adorable pour dire que quelqu'un a perdu la raison "il a tout, mais c'est pas bien rangé" !

Chez nous à Marseille on dit d'un mourrant qu'il est bien fatigué, c'est beaucoup plus grave qu'une maladie, une maladie il y a des médicaments on en guerit, mais une fatigue, pour un marseillais !
En Lozère on dit "Il a un mauvais moment" je trouve cela très pudique aussi.
avatar
Piboule
Faites la taire !

Nombre de messages : 12225
Points : 8457
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par GARRIGUES Bernard le Ven 28 Déc - 20:45

un "méchant moment" !
avatar
GARRIGUES Bernard
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 3333
Age : 80
Points : 5646
Date d'inscription : 25/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://blog.dinandier.fr  ou http://chemin-de-regordane.fr

Revenir en haut Aller en bas

Personnages célèbres

Message par Surcouf le Mar 6 Juil - 15:36


Obi Wan Delobi en 12 av By

Obi Wan Delobi est une des célébrités des Laubies (d'Arefates, de St Amans et de Serverette, mais pas du Valdonnez). Né aux Laubies en 57 av By, mort en O By, d'abord formé à l'agriculture et à l'élevage agricole, ses résultats dans l'élevage de dindes font sa réputation de dindon de la force. Porté sur l'escrime, ll devient rapidement un bretteur de premier plan, puis maitres d'armes. Il participe a de nombreuses bataille sous l'empire. Il a aussi été maitre d'école avec la particularité de n'enseigner que le 4eme jour de la semaine d'ou son surnom de Maitre Jeudi. Un peu rebouteux sur les bords, il est souvent consulté pour de nombreux maux contre lesquels il emploie très souvent des décoctions à base d'ail qu'il projette sur les malades, d'ou son surnom de Maitre jet d'ail. Investi dans la vie municipale, il a fait restauré de nombreux lieu d'intérêt faisant ainsi la revanche des sites. Il a aussi participé à l'arrestation des bandits masqués et affublés de nez rouges lors du cambriolage du bureau de poste de Serverette, épisode connu comme l'attaque des clowns. Sa dextérité à sabrer le champagne est restée legendaire. Il prononçait une formule rituelle à chaque ouverture de bouteille : " ma main la tient, mon sabre la sert ".

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par Raoul le Mar 6 Juil - 18:47

cheers
avatar
Raoul
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2926
Points : 4716
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Lozériens célèbres - M. Delpuech

Message par Surcouf le Jeu 8 Juil - 15:39


Michel Delpuech à la MJC de Florac en 1963

Michel Delpuech est né le 26 janvier 1946 aux Bondons, sous la protection du Truc de Miret, du Puech Mariette et de l’Eschino d’Aze. Originaire du Loir et Cher, sa famille a déménagé en terre gabale pour suivre le père, militaire de carrière au 4eme régiment de zouaves. Les plus anciens se souviennent avoir soudain vu passer les zouaves sauvages au défilé du 14 juillet à Mende où ils avaient toujours un grand succès.

Scolarisé au collège de Florac, Michel y rencontre son premier amour. Sous la source du pécher il lui compose sa première chanson « Chez Laurette », ce qui lui donnera définitivement le gout de l’écriture et de la composition musicale. Sollicité par le pasteur, il écrira un refrain destiné aux paroissiennes travaillant comme tisseuses de soie dans les magnaneries cévenoles : « Ouaille, tisse ouaille ! ». En 1969, fortement influencé par le caractère bucolique de sa terre natale, il compose « Pour une fleur » qui célèbre l’effervescence florale des printemps lozériens. En 1973 sort un autre tube du même cru « Que ma Ribennes était jolie », inspiré par le village du même nom.

Suite à son divorce, il traverse une période difficile qui va donner à son répertoire un côté plus nostalgique. En 1977 il chante « Je vous ai amené des Bondons », avec des paroles pleine de souvenirs d’enfance. Arrive une traversée du désert pendant laquelle Delpuech sèche, cherche en chaire à approcher Dieu, mais il choie et échoue. La chute de Michel stoppe lorsqu’il est choisi par une Chimène qui n’a d’yeux que pour lui. Cette nouvelle compagne que Michel pique au lit lui redonne la pêche.

En 2006 aux Floracopholies, évènement qu’il n’a pas manqué une seule année, il dédie sa chanson « Un coup de pied dans la montagne » à Ségolène Royal, en campagne pour les primaires du PS à la fête départementale de la Rose. Alors qu’il lui fait visiter les vallées cévenoles, Doudon, La Bastide et le castrum du Collet, Ségolène maque de poser le pied sur une énorme vipère qui prenait le soleil. Il la détourne au dernier moment, évitant à la candidate une mort sure. Très reconnaissante, elle surnommera son sauveur Saint Michel de Dèze.

Son dernier titre sort en 2006 et s’intitule « l’amour c’est du Bondon », mis en musique par Richard Gotainer, dans lequel il revient sur les amours ancillaires qu’il avait noué avec sa préceptrice anglaise. Michel l’ appelait l’Happy car elle chantonnait en permanence. Il y a d’ailleurs une rue, aux Bondons, de l’Happy qui chante.

Les paroles de ses chansons ont souvent été jugées un peu franchouillardes et terre-à-terre. Certains critiques ont même évoqué Jules Vernes dans des lignes acides ou ils l’affublaient du nom de Michel « ce trop beauf ». Il n’en reste pas moins que plusieurs de ces titres ont encore une carrière qui irradie comme les mines d’uranium de sa région natale.

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par kaïou le Jeu 8 Juil - 16:12

Surcouf a écrit:

Michel Delpuech à la MJC de Florac en 1963

Michel Delpuech est né le 26 janvier 1946 aux Bondons, sous la protection du Truc de Miret, du Puech Mariette et de l’Eschino d’Aze. Originaire du Loir et Cher, sa famille a déménagé en terre gabale pour suivre le père, militaire de carrière au 4eme régiment de zouaves. Les plus anciens se souviennent avoir soudain vu passer les zouaves sauvages au défilé du 14 juillet à Mende où ils avaient toujours un grand succès.

Scolarisé au collège de Florac, Michel y rencontre son premier amour. Sous la source du pécher il lui compose sa première chanson « Chez Laurette », ce qui lui donnera définitivement le gout de l’écriture et de la composition musicale. Sollicité par le pasteur, il écrira un refrain destiné aux paroissiennes travaillant comme tisseuses de soie dans les magnaneries cévenoles : « Ouaille, tisse ouaille ! ». En 1969, fortement influencé par le caractère bucolique de sa terre natale, il compose « Pour une fleur » qui célèbre l’effervescence florale des printemps lozériens. En 1973 sort un autre tube du même cru « Que ma Ribennes était jolie », inspiré par le village du même nom.

Suite à son divorce, il traverse une période difficile qui va donner à son répertoire un côté plus nostalgique. En 1977 il chante « Je vous ai amené des Bondons », avec des paroles pleine de souvenirs d’enfance. Arrive une traversée du désert pendant laquelle Delpuech sèche, cherche en chaire à approcher Dieu, mais il choie et échoue. La chute de Michel stoppe lorsqu’il est choisi par une Chimène qui n’a d’yeux que pour lui. Cette nouvelle compagne que Michel pique au lit lui redonne la pêche.

En 2006 aux Floracopholies, évènement qu’il n’a pas manqué une seule année, il dédie sa chanson « Un coup de pied dans la montagne » à Ségolène Royal, en campagne pour les primaires du PS à la fête départementale de la Rose. Alors qu’il lui fait visiter les vallées cévenoles, Doudon, La Bastide et le castrum du Collet, Ségolène maque de poser le pied sur une énorme vipère qui prenait le soleil. Il la détourne au dernier moment, évitant à la candidate une mort sure. Très reconnaissante, elle surnommera son sauveur Saint Michel de Dèze.

Son dernier titre sort en 2006 et s’intitule « l’amour c’est du Bondon », mis en musique par Richard Gotainer, dans lequel il revient sur les amours ancillaires qu’il avait noué avec sa préceptrice anglaise. Michel l’ appelait l’Happy car elle chantonnait en permanence. Il y a d’ailleurs une rue, aux Bondons, de l’Happy qui chante.

Les paroles de ses chansons ont souvent été jugées un peu franchouillardes et terre-à-terre. Certains critiques ont même évoqué Jules Vernes dans des lignes acides ou ils l’affublaient du nom de Michel « ce trop beauf ». Il n’en reste pas moins que plusieurs de ces titres ont encore une carrière qui irradie comme les mines d’uranium de sa région natale.

avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7199
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire (les premiers Lozériens)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum