Ce qu'il Fallait Démontrer

Page 4 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A tout seigneur, tout honneur

Message par Maître Goupil le Lun 13 Oct - 15:19

gabatch a écrit:Sur cette ligne du CFD Lozère, ligne à voie unique, la gare tête de ligne était Florac,

Gabatch, ayant cru ferrer au bout de la ligne un généreux poisson (pas une limande évidemment), était déjà chez Anna Foulc, la joviale patronne de la buvette de la gare de Ste Cécile d’Andorge. Toujours pressé, il fallait toujours qu’il soit arrivé avant que d’être parti.

Comment, toutefois, bien comprendre le CFD sans en connaître les origines et l’environnement ?
C’est par Florac, la tête de ligne, qu’il faut commencer en en retraçant la vie courante au cours de la deuxième moitié du siècle qui a précédé son avènement (ça rappelle quelque chose, non ?).

Florac même, siège de la Sous-Préfecture, entouré de collines, est l’une des plus jolies villes que l’on puisse voir, avec son vieux château, avec sa fontaine jaillissant au flanc de la montagne, son allée de platanes, ses rues curieuses et une profusion de ponts. En outre, il est renommé pour la beauté de ses femmes, et comme l’une des capitales du pays camisard, Alais étant la seconde.
Voilà ce qu’écrivait R.L. Stevenson le 30 septembre 1878.

Pêle-mêle :
Au dessus de la halle, qui accueillait marchés, étals et bêtes, sont construits en 1836 deux étages qui abriteront notamment la mairie.

En 1873, la population de Florac était de 2092 habitants, à comparer avec les 2000 actuels qui sont répartis sur un espace à peu près double (toutes les constructions près du pont étant postérieures au début du XXème siècle) de celui occupé au milieu du XIXème (d’où la densité beaucoup plus forte au m2).

Beaucoup de corporations étaient représentées (outre les classiques boulangeries, boucheries, épiciers et autres cafetiers ou aubergistes) telles que 4 forgerons, 3 serruriers, 2 ferblantiers lampistes (il y en avait déjà un fort besoin), 2 chaudronniers, 5 cordonniers, 3 bourreliers, 2 chapeliers (pas ceux qui faisaient la chapelure bien sûr), 1 relieur, 2 imprimeurs, 1 tanneur.
Un inspecteur des forêts y dénombre en 1878 90 ouvriers fabriquant des sabots, artisans travaillant isolés ou dans de petits ateliers.

L’espérance de vie y est faible, 29 ans et 6 mois contre 33 ans et 8 mois pour la moyenne nationale, ce chiffre étant expliqué en majeure partie par une forte mortalité infantile.

La justice :

L’activité de contestation entre les habitants y est intense, de même que les ravages d’une consommation élevée d’alcool, aussi est-il besoin d’une présence judiciaire lourde, représentée par un tribunal, 1 président, 2 juges, 3 juges suppléants, 1 procureur et son substitut, 1 greffier et son commis, 4 avocats et 6 avoués.

Quelques exemples de cas traités :

Le prévenu aurait parcouru la ville en criant et secouant fortement les vieillards qu’il rencontrait sur son passage, prouvant qu’il se trouvait dans un état complet d’ivresse…
ou,
Ledit jour à 8 heures du matin, le sieur Delpech a été trouvé monté, endormi sur sa charrette attelée de deux bœufs qui allaient à l’abandon sur la route…
ou,
Il est constaté que le défendeur a un chien qui suivait de près les chevaux des gendarmes en aboyant…
ou,
Les prévenus auraient fait charivari (cherbari chez les locaux) à la fille Boiral à l’occasion de son mariage avec le nommé Vidal (pratique consistant à faire du bruit, beaucoup, à l’occasion du remariage d’un veuf). Cette manifestation, située entre le sympathique et l’aigre doux, se terminait par le nourrissement des manifestants…

La voirie :

Extrait de délibération du conseil municipal du 4 avril 1878 :
Le conseil délibère enfin qu’il sera établi un trottoir le long du mur du temple pour préserver cet édifice contre le frottement des chars et voitures chargés de bois et pour donner satisfaction au vœu exprimé à cet égard par le Conseil presbytéral…

L’enseignement :

Extrait d’une lettre de l’Inspecteur général des écoles au ministre de l’instruction publique et des beaux arts :
L’arrondissement se compose en très grande partie de cévenols, population pauvre, mais laborieuse, honnête, sobre et économe. La mendicité y est à peu près inconnue, 1 mendiant contre 6 à Marvejols et 4 à Mende. On y attache un grand prix à l’instruction. C’est l’arrondissement où l’application de la loi du 28 mars 1882 se fera le plus facilement, car toutes les écoles sont fréquentées à toute saison.
Ce chef lieu entretient 4 écoles communales dont une classe catholique de filles, fréquentée par des enfants de 7 à 9 ans, mal tenues, malpropres, fréquentant la classe irrégulièrement, négligées par les sœurs. L’instruction et l’éducation y sont absolument nulles. Pas très catholiques, ces sœurs, non ?

Exemple d’exercice dispensé dans les écoles de la IIIème république :
Un ouvrier, gagnant 2 francs par jour, a contracté l’habitude de ne pas travailler le lundi, et d’aller ce jour-là au cabaret où il dépense un franc chaque fois. Combien aurait-il de plus par an s’il abandonnait cette déplorable habitude ? (Ah…vous aussi…vous séchez !)

Les Pompiers :

Extrait de délibération du conseil municipal du 21 mars 1878 :
Le conseil prie monsieur le maire d’appeler l’attention de messieurs les préfet et sous-préfet à leur demande qu’elle exprime à ce que la commune soit dispensée de fournir aux Pompiers la grande tenue, la commune ne voulant pas d’une compagnie de parade, mais seulement d’hommes utiles en cas d’incendie. Si cette condition n’était pas admise, la commune préférerait se passer de compagnie…

La salubrité :

Le rapport du Dr Monteil, médecin des épidémies, au préfet Janvier de la Motte, peu après 1850, donne une idée des conditions d’hygiène et de salubrité dans Florac :
Dans la grand rue du Théron, un fabricant de chandelle incommode par ses odeurs et crée une perpétuelle menace d’incendie ; un moulin à farine rue des marchés, un autre rue de la source, font du bruit et de la poussière ; au quartier sud, un abattoir n’est qu’à cent mètres des maisons. La cohabitation des animaux avec les humains est fort insalubre ; il y a au moins 185 cochons, 1 pour 2 maisons ; il faudrait chasser hors des murs les habillés de soie (les vers) et faire disparaître les 112 tas de fumier du bourg (y compris ceux de buis, extrêmement malodorants).

Extrait de délibération du conseil municipal du 20 août 1882 :
Mr le maire expose que plusieurs habitants se sont plaints de l’état de la rue de la sous préfecture provenant de l’eau de la teinturerie Bonniol contenant des substances dangereuses, que néanmoins il lui est difficile de faire autrement étant donné qu’aucun autre débouché pour ces eaux n’existe…

Certains propriétaires laissent dans leurs caves ou écuries, surtout lors des fortes pluies, les eaux fétides, corrompues et renfermées pouvant engendrer à l’époque des grandes chaleurs des épidémies…

Les artisans :

Le bruit fait l’objet de l’article 17 du règlement de police imposant aux chaudronniers, ferblantiers, maréchaux-ferrants et serruriers de ne pas commencer leurs travaux avant cinq heures et de ne pas les poursuivre au delà de huit heures du soir.

Réponse d’un commissaire de police à la demande du préfet :
Le nommé Vidal, manœuvre, raccommodeur de parapluies, possède deux chiens qu’il attelle à une charrette, soit pour aller ramasser du bois, soit pour exercer son industrie dans les communes avoisinantes. Il soigne assez bien ses bêtes, mais il est à présumer qu’en revenant avec une charge de bois, ces animaux n’éprouvent une fatigue excessive. Il est d’avis que l’autorisation soit accordée sous réserve que l’attelage ne puisse être utilisé que pour son activité de raccommodeur de parapluies.

Suite suit...
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A tout seigneur, tout honneur

Message par Maître Goupil le Lun 13 Oct - 15:22

Suite de ce qui précède...

L’éclairage :

Extrait de l’adjudication de l’éclairage de la ville de Florac du 27 septembre 1883 :

Article 1 : L’adjudicataire sera tenu de nettoyer et de conserver dans un parfait état de propreté les lampes de la ville de Florac au nombre de 16 actuellement, de les éclairer tous les jours jusqu’au mois d’avril 1886 exclusivement, à l’exception toutefois des périodes où le clair de lune suffira (il y avait à l’époque de la poésie dans les appels d’offres !)

Article 2 : Il devra employer de l'huile de pétrole seulement, mais de première qualité.

…Une soumission seulement a été déposée par Louis Agulhon, ferblantier à Florac, au prix de 3 francs.

L’agriculture :

Extrait de délibération du conseil municipal du 17 juillet 1879 :

La situation de la commune, dont la population est surtout agricole, est loin d’être satisfaisante attendu que la récolte est à peu près nulle depuis bien longtemps et que celle de la vigne qui est de beaucoup la plus importante de toutes, menace d’être anéantie dans quelques années par l’invasion parfaitement et largement constatée du phylloxéra sur tous les points du vignoble.

En 1886, dans un rapport au ministre, Mr Guyot note 875 ha de vignes dans l’arrondissement de Florac. Le rapport en est d’au moins 626 francs à l’hectare contre 20 malheureux francs pour l’ha de mûrier ou de châtaignier.

L'agriculture, dont on parle beaucoup dans cette région, était donc en réalité plutôt viticulture, d'où l'impact économique lors de son déclin.

Les foires :

Tarifs de la rétribution à payer à partir du 1er janvier 1882 pour colporter, exposer sur les marchés, sous la halle, sur la place publique, dans les rues, carrefours ou avenues :

Parmi toutes les catégories définissant précisément ce qui fait l’objet de la consommation à l’époque, quelques exemples :

Etalage de peaux de boucs, de chèvres, par tête,
Etain en rame ou en fil, par boule ou en chaîne, par 25 cm,
Etalage de cadis, escots, serges, bourrettes, par pièce,
Grives, la paire,
Petits oiseaux, la douzaine,
Bois à brûler, le regain, la paille, par char attelé de bœufs ou voitures attelées de bêtes de trait, à un ou deux colliers…

Les transports :

Extrait de délibération du conseil municipal du 11 février 1877 :

Le conseil est appelé à délibérer s’il n’est pas de l’intérêt de la commune de s’associer à la demande formulée par le conseil municipal de la commune de Cassagnas de l’établissement d’une voie de communication entre Florac et la ville d’Alais, le chemin de fer passerait par le col de Jalcreste…Le conseil reconnaît que cette demande est des plus légitimes.

Extrait de délibération du conseil municipal du 17 février 1878 :

…plusieurs membres demandant que l’arrondissement de Florac soit traversé dans sa plus grande longueur par un chemin de fer allant de Balsiège à Anduze et passant par la vallée française.
On voit là l’ensemble des atermoiements pour arriver, vingt plus tard, au parcours par la vallée longue.

Police de roulage :

Demande d’autorisation de faire circuler des trains mus par la vapeur, au moyen d’une locomotive routière, sur les routes nationales de Lozère, selon les conditions de circulation prévues par l’arrêté ministériel du 20 avril 1866.
La préfecture l’autorise sauf sur certains tronçons dont celui de la route n0107 bis entre l’origine du pont en bois sur le Tarnon et le village de St Julien (d’Arpaon).
La longueur du convoi ne devra pas être supérieure à 25 m. Sa vitesse ne sera pas supérieure à 20 km / h et réduite à 10 dans les lieux habités et à 5 entre Florac et les Vanels.

Rapport de l'Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées du 18 mars 1876 au sujet de la réparation du pont américain sur le Tarnon :

Pont couvert construit en 1860, à l'origine de la route 107 bis (celle que va souvent longer le CFD), il est constitué d'une travée unique d'une portée de 30 m.
Les eaux de la crue des 12 et 13 septembre 1875 l'ont submergé de 0.5 m, ce qui lui a fait prendre une flèche de 1.3 m…
Il a été définitivement emporté par la crue de 1900.

La poste :

Extrait de délibération du conseil municipal du 11 mai 1878 :
Le conseil émet le vœu qu'une boite aux lettres fut placée à l'esplanade, l'utilité de cette boite est incontestable, les frais y seront faits par les habitants de quartier…
Le conseil se plait à croire que l'administration des postes voudra bien faire droit au vœu qu'il exprime à cet égard, si l'administration l'exige le conseil produira à l'appui de sa délibération la souscription faite pour couvrir les frais d'établissement de la boite qu'il sollicite.

Les fêtes :

Fête votive des 26, 27 et 28 août 1894.

Programme :
Ouverture de la fête par une retraite aux flambeaux le 25 à 8 heures du soir,
Dimanche 26, à midi, brillante cavalcade, puis à 8 heures illumination et embrasement de l'esplanade par des fontaines lumineuses.
Lundi 27, reprise des réjouissances publiques le soir à 8 heures sur la place du temple, splendide feu d'artifice, puis bal.
Mardi 28, à 8 heures du soir, place du marché, ascension d'une montgolfière, puis bal sous la halle et fin des réjouissances publiques.

Dans le programme des jeux, gratuits notamment, mardi 28 sur la place du marché :
Jeu du sceau trompeur, courses aux ânes et au sac et course pour les dames, le baiser de la poëlle, jeu de quilles pour les dames (on imagine…)
Un groupe de musiciens est mis à la disposition des danseurs pendant toute la durée de la fëte.

Le tourisme :

Paul Arnal, né à Florac en 1871, fonde le club cévenol en 1894. Il sera pasteur à compter de 1901.
Edouard-Alfred Martel (un vague ancêtre de Charles ?) découvre la Lozère en 1883 et explore Dargilan en 1888. Il sera en 1894 le premier président du club cévenol.
Bulletin illustré du n° 2 de l'année 1900 (avril-juin) :
Quelques illustrations :
Ruines du chateazu de Blanquefort, cupules de bronze trouvées dans un tumulus près de l'aven armand, grotte des fadarelles, deniers mégloriens…

N'allez pas dans les grottes, avens ou gorges sans vous munir d'une boite de l'excellente corizine, remède infaillible contre les rhumes de cerveau (si vous voulez, je vous donnerai l'adresse).

Avec de très larges extraits d'une brochure de l'association "sur le chemin de R.L. Stevenson" éditéee à l'occasion des dix ans d'existence de l'association.

Gabatch, tout ému à l'idée d'aller rencontrer le CFD, traverse Florac à pied, s'approchant du pont de fer, propriété du conseil général, qui l'avait fait construire en 1890 pour la route Meyrueis –Pont de Montvert.
Il y découvre par delà le pont les constructions d'origine, dont la gare, l'appentis des lampistes, une halle de marchandises, mais surtout, en levant les yeux sur la grande montagne de l'empésou toutes ces terrasses (bancels) de vignes, qui seront plus tard occupées par les bois quand vignes, chèvres et moutons auront cessé leur travail…

Rendu à la gare, il hésite entre tous les billets, aller, aller retour, 1ère, 2ème, 3ème classe, place entière, demi-tarif, quart de tarif, il faut être polytechnicien pour faire les calculs…

Il sait en 1909 que la locomotive qui emmenera le train sera soit la petite Pinguely de 17 tonnes soit la grosse Fives Lille de 33 tonnes (la lilloise).
Il sait que s'il prend une première classe (six places), il voyagera dans un wagon avec compartiments séparant les 3 classes. Si, d'aventure, il choisit la 3ème, il voyagera dans un wagon entier de 3ème classe avec la valetaille, mais surtout avec la volaille qui a très souvent accompagné les trajets du CFD…
Plus tard, vers les années cinquante, il sait, rasséréné, qu'il n'aura besoin ni d'être malade ni d'une opération pour passer sur le Billard.
Il sera en revanche extrêment précautionneux quant à la prise de son billet et à son compostage, car il ne voudrait se frotter à Pierre Ponce, le terrible poinçonneur (pas des lilas bien sûr, du CFD évidemment).

Gabatch va monter dans le train, il lui tarde maintenant d'arriver rapidement à la première halte de Lasalle-Prunet, où, après 2.4 km d'un voyage harassant, la rumeur situe une aubergiste aussi jolie que bonne cuisinière et il tient à s'assurer par lui-même de la véracité des assertions de Stevenson sur la beauté des floracoises.
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Fraissinet le Mar 14 Oct - 12:12

"Avec de très larges extraits d'une brochure de l'association "sur le chemin de R.L. Stevenson" éditéee à l'occasion des dix ans d'existence de l'association" dit maître Goupil.

N'hésitez pas à vous procurer ladite brochure, elle est passionnante et il y a plein de photos sympa (la locomotive routière notamment).
Et, en plus, elle se lit bien plus facilement que le texte de MG! Cool
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6455
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Mer 15 Oct - 6:53

La direction générale, le siège du CFD se trouvait à Paris, mais le chef de gare de Florac avait une certaine autonomie, et plusieurs casquettes si on peut dire, il était chef de dépot, chef de gare tête de ligne, (cela a déja été déja dit) mais aussi s'occupait de la compta, gestion, commandes diverses, ect
Il avait pas mal d'employés sous ses ordres à l'époque ou le trafic marchandises et voyageurs était florissant
Voici une facture (de ma collection) CFD dépot de Florac, des années 1930
Une commande de fournitures


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Jeu 16 Oct - 14:46

Nous sommes en avril 1967 l'avant dernier printemps de notre CFD Lozère, les jours sont comptés !

En gare de St Frézal de Ventalon, le photographe a immortalisé le croisement des autorails De Dion 201 et 202 !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par cilaos le Jeu 16 Oct - 15:41

sunny


Dernière édition par cilaos le Jeu 16 Oct - 16:52, édité 1 fois
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10998
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par cilaos le Jeu 16 Oct - 16:09

Deux CPA touvées sur le net :

Gare du Rouve-Jalcreste gare la plus élevée du CFD :




et une autre vapeur de la ligne mais Gabatch nous précisera le lieu Idea Wink

avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10998
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Jeu 16 Oct - 16:27

Ce tres beau cliché de Garrelou, a été pris en gare de Florac, avec tout le personnel de la gare qui pose pour la photo !
J'adore cette photo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Jeu 16 Oct - 19:39

Et voici la Marinette (la 325) dans ces années de gloire, qui est sortie du dépot de Florac pour aller se mettre en tête d'un train MV pour Ste Cécile d'Andorge !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par kaïou le Ven 17 Oct - 7:53

ce post est magnifique, bravo et merci.
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7257
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Ven 17 Oct - 9:44

Merci Kiaou on essayer de continuer dans ce sens !

Encore des belles choses à vous montrer sur ce qu'était cette belle ligne du CFD Lozère

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Maître Goupil le Ven 17 Oct - 9:54

cilaos a écrit: Autre vapeur de la ligne mais Gabatch nous précisera le lieu Idea Wink

Il s'agit là de la Mallet n°408, du modèle 030, dite la grosse Mallet, intervenue en renfort des quatre autres, du modèle 020 (celles numérotées dans les 322/325), d'un modèle différent, surpuissant (les six roues latérales en reçoivent la puissance, regardez le nombre de roues sur les autres Mallet).
Aussi, chaque employé du CFD a tenu à se faire photographier fièrement sur cette locomotive du troisième type, restée trop peu longtemps sur le réseau lozérien...


Dernière édition par Maître Goupil le Lun 20 Oct - 14:44, édité 1 fois
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par cilaos le Ven 17 Oct - 19:03

cilaos a écrit:Deux CPA trouvées sur le net

zou maï, aujourd'hui :

Billards, en gare de FLORAC 1963




Billard , en gare de St Frézal de Ventalon

avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10998
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Ven 17 Oct - 19:56

Un numéro spécial de " La Vie du Rail " du 3 Juillet 1960, consacré à notre CFD Lozère, c'était un honneur pour la petite compagnie Cévenole !
J'en connaissais l'existence de ce numèro 754, mais j'ai eu beaucoup de mal à me le procurer !
C'est un numèro historique !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par kaïou le Ven 17 Oct - 21:17

avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7257
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par cilaos le Sam 18 Oct - 12:03

avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10998
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par salazie le Sam 18 Oct - 18:54

merci Cilaos tous ces gens qui témoignent je les connais même Tinel ça fait plaisir de revoir des visages connus je croyais que M Menut était mort du reste.
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4504
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Sam 18 Oct - 20:20

Merci Cilaos, comme c'est intéréssant tout ça, j'apporterai ma conclusion en disant que je suis de plus en plus persuadé (je persiste et signe) que les élus de l'époque sont fautifs ils ont laissé se fermer cette petite ligne, et ont même activé sa fermeture, sans lui donner aucune chance de survie, puisque la dépose des voies est intervenue tres peu de temps après la fermeture
Des jeunes bénévoles voulaient faire fonctionner cette ligne en touristique, on les tres vite a empéchés !
On a pas su saisir ce qui aurait pu être un atout pour le développement du tourisme dans cette belle région Cévenole ,

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Raoul le Dim 19 Oct - 7:48

Des jeunes bénévoles voulaient faire fonctionner cette ligne en touristique, on les tres vite a empéchés !
Pourquoi ?
avatar
Raoul
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2926
Points : 4774
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Dim 19 Oct - 9:48

Cette association de jeunes bénévoles s'appelait l'AJECTA , et avait décidé de reprendre à leur compte pour restaurer la voie, des travaux de déblaiement avaient été entrepris entre Le Collet et Ste Cécile d'Andorge, mais ils ne l'avaient peut être pas fait dans les règles et les autorisations voulues, c'était au printemps 1970
Le déclassement de la ligne parut au journal officiel du 5 Octobre 1971, ensuite le dépecage fut rondement mené, il suffit de quelques semaines pour voir disparaître la première partie du pauvre CFD
Ainsi toute chance de voir une association reprendre la ligne était complètement compromise !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par salazie le Dim 19 Oct - 17:09

et oui quel dommage car un temps les bus ont essayé de remplacer maintenant je ne sais même pas s'il y a un bus le matin et le soir? donc si pas de voiture parcours du combattant pour venir à Florac TGV jusqu'à Nîmes mais après peuchère la journée pour arriver à Florac.
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4504
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Invité le Dim 19 Oct - 20:57

Revue MTVS numèro spécial CFD Lozère

collection perso

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Maître Goupil le Lun 20 Oct - 15:52

gabatch a écrit:Je suis de plus en plus persuadé (je persiste et signe) que les élus de l'époque sont fautifs ils ont laissé se fermer cette petite ligne, et ont même activé sa fermeture, sans lui donner aucune chance de survie, puisque la dépose des voies est intervenue tres peu de temps après la fermeture.

Ces belles voies qui pouvaient se libérer suscitaient la convoitise depuis longtemps des Ponts et Chaussées qui voyaient là un moyen économique d'améliorer leurs lignes et d'effacer des "ratés" de leur parcours...
On n'a pas su saisir ce qui aurait pu être un atout pour le développement du tourisme dans cette belle région Cévenole.

Il est difficile de le dire mieux!!
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Maître Goupil le Lun 20 Oct - 16:00

salazie a écrit:et oui quel dommage car un temps les bus ont essayé de remplacer maintenant je ne sais même pas s'il y a un bus le matin et le soir? donc si pas de voiture parcours du combattant pour venir à Florac TGV jusqu'à Nîmes mais après peuchère la journée pour arriver à Florac.

Il existe une navette journalière qui s'interrompt à compter d'octobre pour reprendre en avril.
Si vous êtes en bonne forme, remontez en kayak la mimente jusqu'au gardon et le tour est joué!
Hélas la mimente coule vers Florac et pas le contraire...
Le barrage avant Ste Cécile est un peu délicat à franchir, mais si vous n'avez pas peur d'un petit saut de 25 mètres, cela fera l'affaire!

A défaut, faites donc du stop!
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Maître Goupil le Lun 20 Oct - 16:10

Les emprises de la gare de Florac qu'embrasse Gabatch d'un regard semi circulaire montrent à côté de la gare les lieux d'aisance (où il fait une petite pause) et de la lampisterie qui n'est pas, comme on le pense quelquefois, de la fumisterie.
De l'autre côté de la gare s'étend une halle marchandises couverte avec un dispositif d'aération qui disparaîtra quand les locos seront remplcées par les diesels.
En face sur la droite, c'est la halle à voitures, celle à wagons.
Au fond, à droite, le pont roulant.
Autant d'endroits sont autant de justifications de petits morceaux de voie pour acheminer les véhicules jusqu'à eux.
C'est ainsi que les nombreuses voies de la gare de Florac sont numérotées de 1 à 19.
Assez curieusement, la voie la plus proche de la gare est la voie 2, la voie 1 se situant un peu plus loin.
Ce devrait être un jeu d'enfants pour un ferroviphile passionné de nous en fournir l'explication!
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3834
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'il Fallait Démontrer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum