Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Surcouf le Jeu 25 Sep - 9:57

Les menhirs des Bondons.
Le secret révélé.


Sur la cham des Bondons les menhirs abondent. Ils poussent sur des tapis d’ample mousse, tels de majestueux phallus de pierre ou d’impudiques champignons minéraux, dressant vers le ciel leur arrogante silhouette verticale, brisant ainsi l’harmonie d’un monde horizontal. Ils sont semblables au poing dressé du révolutionnaire menaçant, ou du mécréant revendicatif qui défie ses propres dieux. Leurs masses droites alignées sur les sommets paraissent être des symboles d’éternité. Celles semées sur les pentes sont des victoires remportées sur les éléments, l’équilibre ou les lois de la physique.

On voit à travers ces blocs dressés bien des choses, et ce alors que la transparence n’est pas la vertu première du granite. Sont-ils des jalons géologiques censés suivre des lignes telluriques ? Sont-ils des balises délimitant des zones d’atterrissage terrestres pour de spacieux engins spatiaux, venus d’au delà de la voute céleste, ayant traversée la voie lactée et la constellation de la vache d’Aubrac pour vérifier si la terre était effectivement bleue comme une orange et si leurs occupants, les petits hommes verts, pouvaient envisager d’y voir la vie en rose. Sont-ils des objets de croyances solaires ou lunaires, déplacés on ne sait trop comment il y a 5000 ans par les indigènes d’alors, soucieux d’honorer leurs divinités mystérieuses et de se relier à leurs panthéons méconnus par ces cristallines émergences, appeaux du culte et voies des seigneurs pour émettre d’impénétrables secrets dans l’immensité du tabernacle du massif du Lozère. Sont-ils la version massive, centrale et brute des ziggourats d’Ur, des minarets d’or de la Koutoubia ou des tours d’argent de Sodome et Gomorrhe ? Sont-ils des montjoies érigés dans des temps plus récents pour guider les transhumances bovines, ovines ou celles d’humains avinés perdus le long de la lande, sont-ils des limites de territoires ? Sont-ce des quilles laissées sur place par la doublette Gargantua et Grandgousier, héros de Rabelais, après une partie d’un jeu qui, même à la lyonnaise, fut une suite d’incroyables tricheries quant à la distance autorisée par la fédération et celle pratiquée par les joueurs.

Avant de dire ce que sont réellement les menhirs, il faut revenir sur la signification de ce mot à la terminologie si peu occitane. Elle viendrait du breton « men » pour pierre et « hir » pour dressé donc, littéralement pierre dressée. Certes, mais cela peut venir aussi de menire, de l’anglo-saxon « man » pluriel « men » pour hommes et « ire » du latin ira pour courroux ou colère. On aurait donc à faire à des hommes en colère. Or, il se trouve que dans le hameau de Fontpadelle vivait (et vit toujours) une famille La Hire. Elle est issue de la lignée d’Etienne de Vignolles, compagnon de Jeanne d’Arc, plus connu sous le sobriquet de La Hire. Personnage coléreux, toujours en rogne car il ne pouvait amadouer son sot briquet qui ne fonctionnait jamais et qu’il avait toujours grand mal à allumer le calumet qui lui servait d’amulette. Il n’eut pas d’enfant légitime mais plusieurs bâtards, dont l’un avec une anglaise séduite lors du siège d’Harfleur qu’il fit la fleur au tromblon et qu’il perdit. Si le siège d’Harfleur fut un échec, celui de l’anglaise fut vite assis et fructueux, emporté par la fougue de La Hire. Un rejeton naquit par ce siège. Il avait tant les traits de son géniteur que ce denier, malgré l’absence de lignage, lui donna son nom. C’est ce La Hire, Stéphane de son prénom, qui vint s’installer en Gévaudan, à Fontpadelle, vers 1470.

Il avait hérité de son père le caractère ombrageux ; irritable et colérique. De sa mère il tenait un accent britannique à couper au Laguiole. A cause de ce double héritage, les gens de Fontpadelle eurent tôt fait de remplacer son nom d’état civil par une appellation plus en adéquation avec son caractère. La Hire devint Man Hire puis Menhir, par une altération de prononciation due à l’accent auvergnat de la région. Ce pseudonyme restera à jamais accolé à sa famille, corroborant la deuxième hypothèse quant à l’origine du mot « menhir » dans la région. Menhir s’était établit à Fontpadelle riche de quelques pièces d’or lui venant de son père. Il put acheter plusieurs arpents de terre, d’où sortirait plus tard un serpent de mer. Situées sur les flans du mont Lozère, ces terres étaient couvertes de blocs erratiques oubliés par les glaciers du dernier âge de glace. En 1700, ces hérétiques morènes contrariaient fort Armand « Menhir » descendant de Stéphane, dans ses projets d’agriculture. Il les enleva donc de ses parcelles et alla les déposer un peu partout dans le pourtour de sa propriété. L’entreprise était de taille vu les pierres ! Pour cela, il fit appel à son cousin, Philippe de La Hire (1640 – 1718), astronome et mathématicien et découvreur d’un mécanisme qui porte son nom : « la droite de La Hire ». Il s’agit d’un hypocycloïde à deux rebroussements, obtenue par roulement d'un cercle dans un cercle de rayon double, et qui se réduit à un vulgaire (mais utile) segment de droite. Grace à cet ingénieux stratagème, le déplacement des blocs de granite des sols d’Armand ne souleva pas de difficulté.

L’histoire aurait pu en rester la, sans mystère ou kabbale sur cette terre Gabale, si le FLL (Front de Libération de la Lozère) ne s’en était pas mêlé. Si l’existence du FLL a été officialisée en 1976, de fait, le mouvement autonomiste existait depuis déjà des lustres. On peut raisonnablement penser que l’histoire de ce canidé qui ridiculisa longtemps le roi de France, ses dragons, ses chasseurs, ses lieutenant de louvèterie et autre sbires, et dont l’Europe entière se gaussa des tours joués à l’autorité royale, absolue et parisienne entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767, fut la première action menée par la mouvance indépendantiste lozero-gabalitaine. Bien après ses aventures lupines, dans les années 1940, d’autres loups, bien moins sympathiques, beaucoup plus bipédiques, vert-de-gris et venant de Germanie, sont entrés dans Paris. Pire, ils sont aussi entrés en Gévaudan. Refusant déjà de vivre sous le joug liberticide et réducteur des occupants jacobins et parigots, les humeurs chauvines, nationalistes et éprises de libertés de nos soldats de l’autonomie ne pouvaient tolérer sur le sol sacré de la patrie, les bottes lourdes et oppressantes d’autres goths, ces teutons tétant les transes tribales d’une créature en fureur, moustachue et sournoise, qui rêvait de soumettre l’Europe entière à sa folie pour mille ans. Les combattants FLL passèrent donc quelques années dans les maquis et participèrent activement au raccompagnement des aryens dans l’arène de leur Rhénanie natale.

A la fin du conflit, une question se posa : que faire des armes ? Le nouveau pouvoir installé à Paris prétendait toujours à sa souveraineté sur les cimes, les vallées et les causses gabales. La lutte finale était à venir, il fallait donc dissimuler l’arsenal. Et la, un camarade frontiste qui avait le nez creux, eut, au pied levé, la tête traversée par une idée géniale. Il proposa d’enterrer les armes sous les blocs de granite qui, quelques centaines d’années avant, avaient été disséminés de-ci delà sur les flans du Lozère. Eu égard à la disproportion entre le nombre d’armes à cacher, inférieur au nombre de rocs disponibles, comment ne pas se fourvoyer en cas de besoin, entre ceux sous lesquels dormaient les matériels de guerre et ceux qui n’abritaient que d’innocents lombrics. La solution était toute simple. Pour se rappeler sous quel bloc les armes étaient cachées, on laisserait le dit bloc debout. Costauds et nombreux, les vaillants FLLiens vinrent facilement à bout de la non-erectibilité naturelle des roches.

Ainsi naquit la légende des menhirs de la Cham des Bondons. Ils ne sont en fait que des sémaphores devant guider les combattants, au matin du grand soir de l’Armageddon parisien, vers leurs glaives vengeurs. Bien sur, on mesure la peine faite aux tenants de la théorie officielle, qui fait de la Cham des Bondons la deuxième concentration de menhirs en France après Carnac. On regrette la tristesse infligée aux archéologues et aux autochtones qui voient ainsi un pan de leur histoire s’effondrer, eux qui croyaient que leur patrimoine était glorieux des traces d’une civilisation brillante, qui, avant les pyramides d’Egypte, avait été capable de déplacer des masses considérables, de développer une cosmogonie cohérente et d’en laisser des traces qui feraient parler d’elle pendant encore des millénaires. L’Histoire est injuste.


Notes :

Sur l’importance archéologique de la Cham des Bondons

http://www.mescevennes.com/visiter/menhirs.php

Sur la carrière de menhirs de Fontpadelle
http://prehist.free.fr/bondons/fontpadelle.html

Sur la droite de La Hire
http://www.mathcurve.com/courbes2d/lahire/lahire.shtml

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Maître Goupil le Jeu 25 Sep - 12:12

Le gaillard est agile du verbe et de la verve.
Bravo et merci.

Il faut néanmoins apporter quelques compléments d'information à ses propos.
Ainsi, quand il dit : "Si le siège d’Harfleur fut un échec, celui de l’anglaise fut vite assis et fructueux, emporté par la fougue de La Hire", il ne faut pas lire emporté par la figue de la Hague.
Quand il demande : "Sont-ils la version massive, centrale et brute des minarets d’or de la Koutoubia ou des tours d’argent de Sodome et Gomorrhe ?", il fait référence à l'intense brillance des métaux précieux exposés à la lumière de la nuit quand l'émirat dort.
Le sens de la phrase "Personnage coléreux, la Hire, toujours en rogne car il ne pouvait amadouer son sot briquet qui ne fonctionnait jamais et qu’il avait toujours grand mal à allumer le calumet qui lui servait d’amulette" ne saurait être appréhendé sans connaître l'existence du champignon Amadouvier (Fomes fomentarius), fréquent dans les savanes africaines sous le nom de mamadou vieux et connu pour l'utilisation autrefois de ses tubes séchés, la "bourre", comme pansements, puis une fois traité, pour tirer l'amadou (d'où son nom) servant à allumer les briquets.
Des linguistes peu scrupuleux ont essayé de rapprocher les locutions la bourre et tirer l'amadou. On n'accordera aucun crédit à cette hypothèse fantaisiste.
L'amulette, à titre de sureté, sera utilisée pour permettre un allumage correct de la pipe, qui constituait à l'époque le seul vecteur oral de transmission du plaisir de fumer.
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3776
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Fraissinet le Jeu 25 Sep - 12:47

Surcouf a écrit:Les menhirs des Bondons.
Le secret révélé.

Il avait tant les traits de son géniteur que ce denier, malgré l’absence de lignage, lui donna son nom. C’est ce La Hire, Stéphane de son prénom, qui vint s’installer en Gévaudan, à Fontpadelle, vers 1470.

C'est ce qu'on pourrait appeler le denier du culte!

Quand il ajoute : "Ainsi naquit la légende des menhirs de la Cham des Bondons qui ne sont en fait que des sémaphores devant guider les combattants, au matin du grand soir de l’Armageddon parisien, vers leurs glaives vengeurs", il ne faut pas confondre avec l'armagaypride parisienne qui comporte également des sémaphores et des glaives, mais sensiblement moins guerriers!
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6397
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Surcouf le Jeu 25 Sep - 13:45

Fraissinet a écrit:
Surcouf a écrit:
Il avait tant les traits de son géniteur que ce denier, malgré l’absence de lignage, lui donna son nom. C’est ce La Hire, Stéphane de son prénom, qui vint s’installer en Gévaudan, à Fontpadelle, vers 1470.
C'est ce qu'on pourrait appeler le denier du culte !

Embarassed Ca fait plaisir de voir que certains lisent attentivement !

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Fraissinet le Jeu 25 Sep - 15:02

Surcouf dit : "la Cham des Bondons la deuxième concentration de menhirs en France après Carnac"

Profitons de l'occasion qui nous est donnée ici pour tordre le cou de cette ineptie selon laquelle les sarrasins auraient été arrêtés à Poitiers alors même qu'on trouve des traces turques jusqu'en Bretagne, notamment là où a été érigé le mausolée d'Halicarnac.
C'est le long de ce monument qu'Anatole lit, c'est maintenant là qu'il repose.
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6397
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Raoul le Jeu 25 Sep - 15:11

L'Anatole en question avait choisi la Bretagne pour ses vaches.
Parce qu'avec les vaches les Anatole ont du lait.
avatar
Raoul
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2926
Points : 4716
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Surcouf le Ven 26 Sep - 9:19

Suspect
Faut arrêter le lait de Chine !

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par A verdade do privato le Ven 26 Sep - 11:46

Plutôt les semelles de plomb... En avant soldat,
avatar
A verdade do privato
Membre
Membre

Nombre de messages : 687
Age : 27
Points : 3717
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Maître Goupil le Ven 26 Sep - 12:44

Surcouf a écrit:Suspect
Faut arrêter le lait de Chine !
lait de Chine, ale câline, nuits d'amour, de tendresse, d'allégresse...
avatar
Maître Goupil
Membre
Membre

Nombre de messages : 196
Age : 132
Points : 3776
Date d'inscription : 26/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Surcouf le Ven 26 Sep - 13:10

Fraissinet et Raoul parlent d’Anatole. C’était un grand maçon, un bâtisseur hors pair, le prince de la truelle et de la cloison, l’empereur de la brique et du fronton, le souverain du mortier et de la paroi.
Par Anatole, mur eut roi.

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Fraissinet le Ven 26 Sep - 13:32

Il ne faut pas confondre
le prince de la truelle et de la cloison sommeille
et
le prince cruel de la toison dort.
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6397
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Raoul le Ven 26 Sep - 13:36

Le duc de Bourgogne aimait se promener la nuit dans son chateau, pour ça ilpossédait un valet personnel qui lui tenait une lampe à pétrole.
Ce valet c'est Anatole et Anatole est au Duc.
avatar
Raoul
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2926
Points : 4716
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Surcouf le Ven 26 Sep - 14:28

Il sent le moisi celui-la ! Mais faisons preuve d'indulgence même si ton Anatole est rance.

_________________
Quand on représente une cause perdue, il faut sonner de la trompette et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de tristesse au fond de la forteresse que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée.
avatar
Surcouf
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2686
Points : 5566
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Fraissinet le Ven 26 Sep - 14:38

Pas de passe droit, même si ton Anatole est général.
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6397
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par cilaos le Ven 15 Mai - 21:15

millou a écrit:
Michel a écrit:Par contre les menhirs des bondons ne sont pas loins et j'avais lu à l'époque une étude qui affirmait que les menhirs étaient tous placés sur des lignes de croisement énergétiques(un peu comme des aiguilles d'accuponcture ) provoqués par les minéraux et les circulations d'eau souterraines, n'oublions pas que nous sommes au dessus de la riviére souterraine de Malaval (haut lieu spéléologique de Lozère) présence importante d'uranium et de minerais de toutes sortes.Ceci aurait été vérifié par des scientifiques .
Sans s'engouffrer dans le paranormal , si cela est vérifié ,nos ancêtre avaient : ou des sensibilité trés dévellopés pour ressentir les énergies , ou des connaissances géologiques trés poussées ??
Ce qui reste magique c'est qu'on ne le saura jamais ...C'est ce qui à du énerver les croyant qui à une époque (moyen âge il me semble ?) on renversé tous les menhirs , le seul étant resté debout à eu droit à une croix dessus !....il fallait à l'époque suprimer tous les symboles päiens affraid

Tu dois avoir lu ça dans les petits cahiers de lozère qu'on peut se procurer à la salle-prunet un peu après florac?

Moi j'ai été deux fois pour me procurer celui sur les dolmens mais c'était toujours fermé.

Si quelqu'un le possède ce serait super de nous mettre le passage sur le commentaire de michel

Celui là :
Idea
avatar
cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10940
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par millou le Sam 16 Mai - 10:32

cilaos a écrit:
millou a écrit:
Michel a écrit:Par contre les menhirs des bondons ne sont pas loins et j'avais lu à l'époque une étude qui affirmait que les menhirs étaient tous placés sur des lignes de croisement énergétiques(un peu comme des aiguilles d'accuponcture ) provoqués par les minéraux et les circulations d'eau souterraines, n'oublions pas que nous sommes au dessus de la riviére souterraine de Malaval (haut lieu spéléologique de Lozère) présence importante d'uranium et de minerais de toutes sortes.Ceci aurait été vérifié par des scientifiques .
Sans s'engouffrer dans le paranormal , si cela est vérifié ,nos ancêtre avaient : ou des sensibilité trés dévellopés pour ressentir les énergies , ou des connaissances géologiques trés poussées ??
Ce qui reste magique c'est qu'on ne le saura jamais ...C'est ce qui à du énerver les croyant qui à une époque (moyen âge il me semble ?) on renversé tous les menhirs , le seul étant resté debout à eu droit à une croix dessus !....il fallait à l'époque suprimer tous les symboles päiens affraid

Tu dois avoir lu ça dans les petits cahiers de lozère qu'on peut se procurer à la salle-prunet un peu après florac?

Moi j'ai été deux fois pour me procurer celui sur les dolmens mais c'était toujours fermé.

Si quelqu'un le possède ce serait super de nous mettre le passage sur le commentaire de michel

Celui là :
Idea

Moi j'ai lu le passage dont fait référence michel sur un site internet et il disait que le texte était tiré des petits cahiers de lozère donc il doit s"agir de celui là

C'est une théorie sur le fonctionnement du site mégalithique des bondons si mes souvenirs sont exactes
avatar
millou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2482
Points : 5254
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par millou le Dim 12 Juil - 12:36

cilaos a écrit:
millou a écrit:
Michel a écrit:Par contre les menhirs des bondons ne sont pas loins et j'avais lu à l'époque une étude qui affirmait que les menhirs étaient tous placés sur des lignes de croisement énergétiques(un peu comme des aiguilles d'accuponcture ) provoqués par les minéraux et les circulations d'eau souterraines, n'oublions pas que nous sommes au dessus de la riviére souterraine de Malaval (haut lieu spéléologique de Lozère) présence importante d'uranium et de minerais de toutes sortes.Ceci aurait été vérifié par des scientifiques .
Sans s'engouffrer dans le paranormal , si cela est vérifié ,nos ancêtre avaient : ou des sensibilité trés dévellopés pour ressentir les énergies , ou des connaissances géologiques trés poussées ??
Ce qui reste magique c'est qu'on ne le saura jamais ...C'est ce qui à du énerver les croyant qui à une époque (moyen âge il me semble ?) on renversé tous les menhirs , le seul étant resté debout à eu droit à une croix dessus !....il fallait à l'époque suprimer tous les symboles päiens affraid

Tu dois avoir lu ça dans les petits cahiers de lozère qu'on peut se procurer à la salle-prunet un peu après florac?

Moi j'ai été deux fois pour me procurer celui sur les dolmens mais c'était toujours fermé.

Si quelqu'un le possède ce serait super de nous mettre le passage sur le commentaire de michel

Celui là :
Idea

Alors cilaos tu nous l'ouvres ton petit cahier de lozère tongue
avatar
millou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2482
Points : 5254
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les menhirs des Bondons, le secret révélé.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum