AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Invité le Jeu 4 Déc - 12:42

Attentiéou lou mestré d'escola és aqui, nous bail piquà sus deich
Qual rétèné lo laîço !
é iéou aî pa fatch lou ségondèro, ail aresta l'escola en primèro, alors unn paou pitiat pes paourés mesquis !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par salazie le Jeu 4 Déc - 12:43

ai touba un dictionnaire français occitan sur google je vais me l'imprimer après il y a le problème des conjugaison à l'inverse de Gabatch ieu souy un (una) asé per parla occitan ( hier la frangine était à la réunion mensuelle dans un café de Florac pour patoiser avec des copines )
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4444
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Jeu 4 Déc - 12:55

non gabatch!ges de magistre ges de leiçons.
Sabi mai piquar la dalha que los dets.

Salazia,te cal demandar a ta sorreto quoura son aquelas apér'Oc à florac.
Me fario plase d'ana charra un pauc en lenga nostro
. Wink
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Jeu 4 Déc - 13:14

amusatz vos!

http://ujan.free.fr/patengl.htm



En dialecte franc:

http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fujan.free.fr%2Fpatengl.htm
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Jeu 4 Déc - 13:36

Suplica per èstre enterrat a la plaja de Seta (MP3, 2'43, 3,3 Mo)
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Invité le Jeu 4 Déc - 14:57

salazie a écrit:ai touba un dictionnaire français occitan sur google je vais me l'imprimer après il y a le problème des conjugaison à l'inverse de Gabatch ieu souy un (una) asé per parla occitan ( hier la frangine était à la réunion mensuelle dans un café de Florac pour patoiser avec des copines )

Excuso mé " Salazie

Pèr Un typé sé dis : cos unn asé
Pér uno fonno, ou filio sé dis : cos uno saoumo !

So qué té disé aqui surtout ou disé pas pér tu !

Iéou atabé anario bé un paou patouesa à Flourac, mé quo faî luen per y dabala !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Jeu 4 Déc - 17:52

LA COUNEISSETZ AQUELO? "Es un basc que se va marridar, son pair i
ditz : escota mon filh deman te vas marridar, te cal saber d'unas
causas. Deman après la ceremonia a la glèisa prendràs ta femna dins los
braces perqué un basc es fòrt. Anaràs a l'ostal e la getaràs sul lèit
perqué un basc es vertadièrament fòrt. Puèi après te vas desvestir mas
gardaràs ta bereta perqué un basc es fièr.
Lo lendeman tot se passa plan, tot lo mond vei lo basc emportar sa femna a l'ostal.
Lo lendeman de la nòça, lo paire del nòvi i ditz : alara ?
Lo
nòvi respond : ai fait coma m'as dit. Ai pres ma femna dins los braces
perqué un basc es fòrt. Après dins la cambra la getèri sul lèit perqué
un basc es vertadièrament fòrt. Après me desvestèri e ai gardèri la
bereta perqué un basc es fièr. Lo paire ditz : e après ?
Après, respond lo filh, me soi segat perqué un basc es autonòm. "
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Invité le Jeu 4 Déc - 17:59

Lo counéssio pà aquélo, es pà mà toun histoiro !
Mè soun paîré li abio pà bien expliquat lous ébénomens

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par salazie le Jeu 4 Déc - 19:36

pour traduire la "saoumo" n'a pas de problème je lis à haute voix et même si l'accent n'y est pas dans l'ensemble je comprends mais quand il s'agit d'écrire c'est autre chose pourtant j'ai fait du latin mais c'est dur Kaiou je demanderais à ma sorreto quand aura lieu la prochaine réunion elle n'en loupe pas une,mais comme elle a travaillé toute sa vie avec des papés et des mamés la droulete elle parle et comprend bien mais sait elle écrire???(le patois j'entends) excusatz d'écrire en français kaiou traduits svp
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4444
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Jeu 4 Déc - 19:53

chacun écrit comme il sait,l'important est de participer!
mi semblo que quelqu'un mai diget jà 'co. drunken
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Invité le Jeu 4 Déc - 21:17

Sen entré nantrés nous counprénen !

Iéou Aîmorio rébéni din lou ten !

Quon diabio los fiéîros
Lous fîréjaîrés lou séro dientrabou pà souguech à l'oustal, abiou carguat sur lays

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Ven 5 Déc - 9:23

endevina devinaire:

a lo cuol caud,
La coeta redda,
E que brandisson las femnas ?
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Ven 5 Déc - 9:32

Depardon : perfils paísans e
mòrt de la lenga




Quora òm es
estacat al mestièr de paísan, quora òm es estacat a la lenga nòstra, es gaire
possible de pas èsser esmogut, e mai tresvirat per la Vida Moderna, virada en grand part dins las Cevenas. Coma o fasiá
dins las doas primièras partidas de sos Perfils paísans, lo cineasta escruta, al
mai proche, amb un agach d’una intensitat e d’una doçor insosteniblas, la cara
e la votz d’aquels que vivon al fons de las bòrias perdudas, al cap del camin,
dins lo campestre manjat per la bosiga, entre los paredons esbodenats, contra
las establas e la jaças tebèsas ont encara batega la vida animala domestica,
vacas e fedas, amenaçadas per la decision irrevocabla de la venda, quora ven lo
vielhum, la malautia, a la fin, e ven la fin, per las establas, per los
fenials, los tropèls e los òmes. Depardon nos mòstra aquesta fin, sens
complasença, dins la beutat del paisatge que s’ensalvatja, lo long del camin que
davala cap a la bòria, nos mòstra la plaça del paísan, de son còs d’òme dins lo
campestre, al raz del pòrt, al moment de la partença, abans de cabussar, a la
fin del film, de l’autre costat, l’autre costat… « Anatz veire
Raimond », çò ditz, Raimond Privat, e lo podèm veire aital, quilhat dins
son camp, mentre l’uèlh s’espaça, avans que l’agach cabusse[1].

Vertat que, de còps que i a, lo miracle d’una
sang novela se produsís, d’un reprim de vida dins lo mas, ò lo passatge del
flambèu, la « represa » de la bòria. E Depardon filma aquò tanben. Mas l’òme cambia, tot de l’òme cambia,
d’una generacion l’autra, d’un biais de trabalhar la terra l’autre, son biais
de viure e de se tener, de caminar, son ligam amb la bestia, son biais de
parlar, son accent e sa lenga, e mai lo quite biais de se calar. Lo prepaus
pr’aquò es pas de mòstrar que los òmes que se morisson, en emportant amb elis
tot çò que fa que son çò que son, lors gestas e lors mots, farián part d’una
« autra » umanitat, pus nauta e mai autentica, mai essenciala. Pas ges.
Los que vesen aquò dins la Vida moderna,
butan dins aquels images lora nostalgia campestra, lor folclòre intim. Es
benlèu, plan segur inevitable, mas es pas lo prepaus. E puèi, en prenent la
plaça que pren, de facia ò de tres-quart, en utilisant lo plan fixe, en prenent
son temps, en fasent de questions grèvas o leugièras, Depardon, arriba a
agafar, a travèrs los trachs unencas de
las caras, d’un atge e d’un luòc, joves ò vielhs, risolièrs ò tampats, quicòm
de mai prigond e de mai universal, ont se balha lo (non)sens primièr de tota
vida unama.

Mas en fasent
aquò, agafa, mièlhs que totis los autres, los trachs particulièrs dels biais d’èsser
e de parlar que desaparéisson irremediablament amb los darrièrs paísans d’un
còp era. Aquò va de las gestas mai simplas – lo biais de tener lo baston, de
trespassar lo sulhet, de beire lo cafè – , dusca al biais de parlar de las
bestias e a las bestias. Que las bestias son vertadièrament al mitan de la
vida, recevon totas las atencions e tots los laguis : quora una de sas vacas
es a man de crevar d’una mamita, Raimond Privat se daissa enaigar per la colèra
e lo tristum ; balhariá, çò ditz, lo doble de son prètz, e encara mai s’aquò
la podiá salvar.

E mai son
projècte es pas de balhar d’informacions, res escapa a l’agach de Depardon :
las dificultats del mestièr, cada jorn mai precari e amenaçat, las bregas entre
las generacions, sens oblidar l’espinosa question dels arrengaments de familha.
Aquelas figuras aspras e taciturnas, e mai se fa tot per en trapar la
quintesséncia d’umanitat, Depardon cerca pas a las mistificar ; quora fa
parlar los dos vièlhs celibataris a prepaus de la femna del nebot paracasudada
del Pas-de-Calais, nos balha per exemple una vertadièra scèna de comedia. Fa
tanben parlar aquels que los debon suportar. E lo vielhs an pas l’aire comòdes !
La dròlla, arribada del Nòrd amb la maire, los aima pas e a de bonas
rasons : pòt pas suportar lor biais de tractar son bel paire, de li cridar
totjorn dessus... Aquò cambia pas res, aquò leva pas res a l’intensitat de la
cara, la justesa de la paraula sus la vida que se’n va. E mai l’embarràs, si
que non l’engarçament provocats de còps que i a pel questionaire sus son monde
(quora òm coneís un pauc – e aquò es son cas – las règlas de las conversas dins
aquels países, li arriba d’èsser un pauc tròp acanit, e mai francament
desplaçat) es ric de sens : mòstra las limitas dins aquela societat rurala
de çò qu’es decent ò pas de demandar e la prigonda saviesa del refus obstinat
de degalhar inutilament sas paraulas per charar dels ligams affectius, de la
solituda, de la malautia et de la mòrt.

La lenga,
plan segur, es per nosautres una de las causas mai importantas que se morís amb
los vielhs païsans de las Cevenas. Depardon, que la coneís pas, que ven
d’endacòm mai, es benlèu pas tròp ben plaçat per en rendre compte. En parla
pr’aquò, per exemple quora ditz que la canha Mireta « compren pas que
l’occitan », ò quora demanda als dos celibataris de la codena dura, se lor
« resèrva » (per utilisar una litòta que respond plan a lor biais de
parlar dabant la camerà) facia a la nòvia del nebòt, ven pas de çò que parla
pas « occitan ». Respondon puèi categoricament qu’aquò fa pas res a
l’afar, que demest lor relacions mai prochas n’i a mai d’un que l’a pas jamais
parlat. Qualqu’un, sus un forum qu’ai pas pogut tornar trobar, li faguèt la
remontrança d’utilisar un mot qu’es pas a biais : auriá degut dire
« patoès », coma dison los paísans. Me pensi que ièu tanben auriaí
fach aital, qu’als ponticauds de Lemotge disi « patoès ». Es pr’aquò Depardon
qu’a rason, perqué parla tant a sos espectators coma a sos interlocutors, que
de tota manièra comprenon perfièchament lo sicut. A rason de pas cercar de se
fondre dins los biais de parlar e d’èsser del monde que filma, e puslèu de los
interogar e de fargar amb elis dels ligams en partent de çò qu’es el, sens fénher una empatia que podriá
solament èsser falsa e risibla, pers sos interlocutors e mai per los
ragardaires. E puèi, aital, fa
passar lo messatge mai important : qu’aqueste monde an una lenga e
qu’aquèla lenga a un nom. Aviá pas trantalhar d’enregistrar dins lo primièr dels tres filmes – l’Aprocha –, l’escambi entre Marcela
Brès et Raimond Privat, en disent als regardaires qu’era d’occitan. Entre
temps, la paura Marcela es defuntada e Raimond perdèt una de sas darrièras
comparsas dins la lenga. Depardon subretot, presenta actualament a la fondacion
Cartier (donca a Paris, forçadament !) d’entretens filmats amb de femnas e
d’òmes d’un pauc pertot dins lo monde que parlan de loras lengas amenaçadas. Aquò
se sona Balhar la paraula. Dins la
presentacion video, sostitolada en inglès, se pòt ausir e veire Raimond Privat
parlar l’occitan en occitan (el ditz evidentament patoès), a la seguida e avans d’indians d’Amazonia e d’autres
parlaires de lengas minoradas. Aquesta simpla associacion, lo fach de tractar
l’occitan al meteis nivel dels parlars natius d’Amazonia es lo signe evident
que a dich de clamar dins lo desert, e a jogar a gula que gularas, qualqu’un
almens nos a ausit. Plan segur caldrà anar veire aquela mòstra…
Donca voli
pas, per res al monde, faire un proces fals e marrit a Depardon, mas un languiment
me pren, un infinit languiment. Qu’es de pas aver un Depardon occitanofòn, un
cineasta (que « documentarista » es pas aquí lo mot que cal) capable
d’arribar amb l’occitan a una poissença aital, a l’encòp estetica e – gausi lo
mot – metafisica, al pus lenh del film etnografic ò de collectage, que
pr’aquò vòli pas ges criticar. Perqué, vertat, una part importanta de la Vida
moderna, auriá pogut èsser virat en occitan, e i auriám trobat un profièit
enòrme, plan segur, qu’aquí la lenga pòt èsser solament evocada, invocada coma
una realtat inseparabla de l’accent dels parlaires en francés, e que se morris
ambe elis, per manca de transmission, per anequiliment de lor micròsocietat
rurala. Cal pr’aquò mercejar Depardon de nommar la lenga, mas es significatiu,
fòrça significatiu, que per ausir d’occitan dins un film capable de toccar un
(relativament) larg public, calga se revirar cap a un cineasta italian (Giorgio
Diritti, L’aura fa son vir, 2007).
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Colline le Ven 5 Déc - 9:43

la padela, Kaïou, ma grand me l'aviè dita, aquella...
( Embarassed je comprends mais ne sais pas écrire le patois ! Wink )
avatar
Colline
Membre
Membre

Nombre de messages : 525
Age : 67
Points : 3965
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Ven 5 Déc - 10:15

Colline a écrit:la padela, Kaïou, ma grand me l'aviè dita, aquella...
( Embarassed je comprends mais ne sais pas écrire le patois ! Wink )

as gagna cheers mas se ditz pas padela mas padena .Totom disou padela!lol!

grand se ditz tanben menina.es mai respectuous.

anen quicom mai:
endevina devinaire:

tot lo jorn trabalho
et la nuech si cato amb so quo fatch
Question
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par salazie le Ven 5 Déc - 17:28

tot lo jorn tout le jour ou toute la journée on travaille et la nuit si cato??? avec ce qu'on a fait
réunion des "patoisans le premier mercredi du mois à 17h prochaine reunion au cyber café ( anciennement Pissou )
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4444
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Fraissinet le Ven 5 Déc - 18:18

Qué Pissou ?
Le cyber, il est pas sur l'esplanade, il est dans la petite rue parallèle à la place!
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6395
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Ven 5 Déc - 21:15

eh,jeunot, pissou était là haut avant.

a rason la vielha.
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par salazie le Sam 6 Déc - 8:58

je précise pissou du temps de ma jeunesse c'était pas sur l'esplanade je crois que la rue c'est la rue du thérond en face de la place "pissou" celle où il y a de magnifiques trompe l'oeil et oui l'splanade c'était PISSOU 2bref la reunion aura lieu au cyber café le premier mercredi de janvier avis aux amateus les personnes qui animent sont Andrée Agulhon (nom de jeune fille Privat de Tardoninche)et Mme Rastagniaud adessiatz
avatar
salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 67
Points : 4444
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Sam 6 Déc - 9:21

merces Salazia, anarai faire un pintchou chez l'ex pissou.
Ma,pensi qu'es un café light,caldra amena foulheto!
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Lun 8 Déc - 12:00

Kaïou escrivet:

endevina devinaire:

tot lo jorn trabalho
et la nuech si cato amb so quo fatch
Question

degus a trova:es lo fioc.
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par kaïou le Lun 8 Déc - 12:04

endevina devinaire:

"Vai pertot e bolega pas"


e un proverbi:

Una feda negra fa pas un anhél blanc...
avatar
kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 67
Points : 7197
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Colline le Lun 8 Déc - 14:08

mé dis parén, lou que " vai pertot e bolega pas"...

pér la féda negra, t'en vau dire un aùtré,
qué disiè ma gran' :

(l'ou sabé pa escriouiré !)

"Can l'Aigoual carga soun capéou,
pren ti fédas e vay à l'oustaou"

L'Aigoual se vesié bin de naoutri cantoun
avatar
Colline
Membre
Membre

Nombre de messages : 525
Age : 67
Points : 3965
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Dana Grolulu le Lun 8 Déc - 14:28

A moi !

Can Raoul parlara patoues,
Las galinas téngueran dientes !
avatar
Dana Grolulu
Membre
Membre

Nombre de messages : 255
Age : 53
Points : 4049
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Fraissinet le Lun 8 Déc - 15:36

kaïou a écrit:eh,jeunot, pissou était là haut avant.

a rason la vielha.

C'est l'hopital qui s'fout d'la charité! lol!
avatar
Fraissinet
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2190
Age : 117
Points : 6395
Date d'inscription : 03/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: AICI SE PARLE ET S'APREN LA LENGA D'OC

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum