LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 13:56

Je viens de passer quelques heures sur Internet sur le sujet du camp d'internement de Rieucros près de Mende, ouvert de 1939 à 1942.
Dans les années 60-70 j'y allais à pied et en vélo combien de fois, en toute saison, dans cette vallée borgne de bout du monde, et je ne me souviens que de la famille DuLac qui y habitait une sorte de grosse maison bourgeoise et du champ de tir de la Gendarmerie, petite vallée tranquille orientée Nord-Sud dans laquelle l'hiver la nuit tombait très vite.
J'ai attendu 56 ans pour savoir que dans cette charmante vallée pendant deux ans ont été internées autour de 500 femmes (et 100 hommes)dont certaines ont été ensuite envoyées dans des camps d'extermination. Des personnalités y ont "séjourné". L'Etat Français a pris la précaution de salir ces femmes emprisonnées en disant qu'il s'agissait non seulement d'étrangères indésirables mais aussi de prostituées, afin d'éviter des actions de solidarité de la part des Mendois.
En effet, comme le confirme un Préfet après la libération qui croyait que ces femmes étaient des délinquantes, Les Mendois, hormis le maire progressiste Henri Bourrillon et quelques personnes politiquement éduquées, devaient penser, (comme certains le pensent aujourd'hui pour les personnes en centres de rétention) que ces femmes méritaient bien leur sort.
j'ai trouvé dans un des sites qui parlent de ce camp et du camp de Brens dans le Tarn qui a aussi été effacé de la mémoire publique, cette phrase de Michel de Chanterac qui pourrait être envoyée à Brice Hortefeux et à ses complices des Préfectures :

Est-on sûr qu'en France, l'émergence d'un tel type de situation soit impossible ? La crise du "politique" s'agrave : ampleur de l'abstention électorale, partis politiques discrédités, règne de l'argent triomphant, forces nationalistes potentiellement inquiétantes (deux groupes d'extrême droite + souverainistes + chasseurs). Même si la situation est différente aujourd'hui de celle des années trente, prenons garde que les mêmes causes - l'exclusion, le chômage et la précarité, les inégalités sociales - ne produisent les mêmes effets en minant un "pacte républicain" mis à mal par l'apartheid social.
in : http://apsicbr.free.fr/assoc.htm#internet

Voici le site créé par un groupe d'étudiants de l'IUP de Mende, antenne de Perpignan. Ce groupe est composé de Xavier DEPOISSON, Isabelle PHAGABURU, étudiants en Licence Professionnelle Multimédia, et Julie DURAND, étudiante en IUP Tourisme option Multimédia :

http://www.rieucros.org/index.php

On y apprend qu'étaient internés à Mende l'ex- femme de Gabriel PERI fusillé au Mont-Valérien, la femme de André MARTY, des membres des familles de Georges CHARPAK, prix Nobel de Physique, Emmanuel d'ASTIER de la VIGERIE et François BILLOUX (anciens ministres), Véronique SANSON, Pierre GOLDMAN (demi-frère de Jean-Jacques), que GROTHENDIECK Alexandre "Schurik" célèbre mathématicien, et Michel DEL CASTILLO, enfants, furent internés à Rieucros avec leurs mères, des actrices, des résistantes (ou simplement des) Juives , Allemandes, Autrichiennes, et beaucoup d'Espagnoles Républicaines.
On y apprend aussi que certaines se sont mariées à Mende, et que donc il devait y avoir malgré tout une certaine humanité dans la gestion du quotidien, même si la nourriture était minimale (un témoin dit même qu'à Mende et à Brens, on mangeait moins bien qu'à Dachau dont il était ressorti avant d'être à nouveau interné à Mende)

On apprend que le camp a fermé très tôt en 42 par pénurie d'eau (?). Le Grand-Séminaire était propriétaire des lieux et l'avait loué pour 3 ans à l'Etat Français. Quels ont été les raisons réelles de cette fermeture ? Toujours est-il que les prisonnières ont été transférées et que le camp a fermé en 42.

Quelle richesse si toutes ces femmes avaient pu échanger avec les mendois sur leur vie, sur leurs engagements! Mais la population bienveillante envers les étranges donc dangereux Etrangers est comme toujours minoritaire lorsque le vent souffle dans l'autre sens.

J'étais heureux d'apprendre par ce site que Mme De La Grange qui était Médecin ORL et que j'ai bien connue Rue Basse à Mende, était intervenue pour essayer de sauver 7 femmes du camp de Rieucros qui devait être déportées en 1942, (ce qui était un acte courageux en 1942). Cette dame Réunionnaise de souche "Gros-Blancs" comme on dit ici, avait émigré à l'âge de trois ans avec son père et ses soeurs de la Réunion aux Seychelles où ils ont introduit la culture de la Vanille. Sa soeur est une poétesse connue et les Mendois ont bien en mémoire ces deux demoiselles de la Grange (son autre soeur Emérentienne était professeur de Droit à Tunis, et nous l'appellions bien entendu de façon irrévérentieuse Armoirancienne ! ) qui circulaient dans une petite voiture sans permis entre la rue Basse et Chaldecoste où elles habitaient. A la Réunion, les de La Grange sont oubliés et leur domaine détruit. C'est un établissement pour sourds et pour aveugles qui occupe les terrains de La Grange. Je n'ai jamais su s'il y avait un lien entre la profession de cette dame et la destination actuelle de sa propriété de famille.

Je trouve ce site passionnant. On y voit 160 photos qui attestent que ces femmes n'étaient pas maltraitées, (bien qu'avant d'arriver à Mende elles aient dû subir les violences de l'arrestation par la police Française puis plus tard pour certaines celles de la Gestapo) mais malheureusement la plupart n'étaient là que dans l'angoisse d'un sort incertain, au mieux l'expulsion , au pire le transfert vers l'inconnu d'une autre destination.

Ceci peut illustrer que lorsque le Préfet de Mende ou d'ailleurs ou des Magistrats placent aujourd'hui en rétention des gens qui sont menottés et qui crèvent d'angoisse d'être assasinés s'ils rentrent dans leur pays, ils agissent exactement de la même façon que l'ont fait à une autre époque les auteurs du décret loi du 12/11/1938 concernant les étrangers indésirables. Ils envoient à la mort par procuration.
Le statut de réfugié politique est baffoué en France en 2007. Les opposants de tout pays savent désormais que la France est un pays confisqué par la Droite la plus rétrograde et fascisante depuis la guerre. Pas étonnant que Sarkozy dise qu'il faut oublier le passé ! On risquerait d'y voir que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Ces décrets-lois promulgués en 1938 par Daladier (2 mai et 12 novembre), dont les dispositions prises soulignaient « la nécessité de mener une action méthodique, énergique et prompte en vue de débarrasser notre pays des étrangers indésirables ».
Cà vous rappelle rien ?

Autre page passionnante :

http://apsicbr.free.fr/divers.htm


Dernière édition par le Dim 16 Sep - 6:29, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par kaïou le Sam 15 Sep - 14:03

je crois que l'on a eu un post sur Rieucros,les plus organisés que moi devraient retrouver ça!au boulot Velvet king

kaïou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 6431
Age : 66
Points : 6911
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:07

Kaiou , je ne me souviens pas avoir vu ici un post sur RIEUCROS

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:10

J'ai vu celui de Dachau , lors d'un voyage en Bavière , j'ai été très bouleversée , quand on pense que certains nient l'existence des ces camps....... Sad Embarassed

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:13

Attention, il faut toujours bien distinguer les camps de concentration (nom officiel donné par l'Etat Français) et les camps d'extermination où les gens mourraient de faim et de mauvais traitements planifiés.
Il y a un degré d'échelle important.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:15

Quelle différence fais tu sur ces 2 appellations?

Ne perdons rien du passé.
Ce n'est qu'avec le passé que l'on fait l'avenir."
Anatole France

"Pour que l'oubli ne s'installe pas. Pour elles, pour eux, par devoir de mémoire."
Guy Saleil

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:19

Je viens de trouver ceci

http://www.ushmm.org/wlc/article.php?lang=fr&ModuleId=95


http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_concentration_fran%C3%A7ais

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:21

Si tu as le temps lis ce qu'en disent les auteurs du site :

D'aucuns ont contesté, aux camps de Rieucros et de Brens, l'appellation de camp de concentration. Sans doute s'opère-t-il, dans leur esprit, une confusion entre camp de concentration et camp d'extermination. En tout état de cause, l'expression "camp de concentration" figure dans les circulaires du Ministère de l'Intérieur signées par Albert Sarraut (par exemple, celle du 11/11/39). Sous Vichy, le terme sera maintenu et confirmé. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que plus d'une centaine de femmes juives, en majorité des polonaises mais aussi des allemandes et des autrichiennes, furent déportées du camp de concentration des Brens au camp d'extermination d'Auschwitz. On voit par là que le camp de Brens, qui a été pour ces malheureuses l'antichambre de la mort, a participé au même système d'anéantissement - la Shoah - que les camps d'extermination nazis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:23

Si je comprends bien ce que tu as écris , pour moi c'est pareil à qque chose près


Il a existé des camps de concentration en France avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Le seul camp de concentration nazi ayant existé sur le territoire français actuel est le Struthof[1][2][3][4], en Alsace alors sous administration allemande. Ce camp était équipé d'un chambre à gaz.
Si c'est pas exterminer çà?? c'est quoi donc?

Shocked confused


affraid

ARTICLE WIKIPEDIA


http://tom1159.unblog.fr/2007/04/28/difference-entre-camp-de-concentration-et-camp-dextermination/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:32

Camps d'accueil ;
Camps d'internement ;
Camps de séjour ;
Centres de séjour surveillés ;
Camps de prisonniers.
Camps de transit,
Camps de concentration,
Camps d'extermination ...

Oui, Velvet, j'ai survolé les sites que tu donnes, en fait c'est simplement une question de dénomination qui fixent des degrés dans l'abject. Les gens du site que j'avais donné emploient ce terme de concentration, mais les Allemands employaient le même "koncentrazion" ou je ne sais, mais en fait il ont construit un système planifié depuis la simple disparition après élimionation physique en passant par les détentions arbitraires dans des lieux de détention secrets (comme aujourd'hui le fait le gvt fasciste des Etats Unis), et les prisons, les gardes à vue dans des cachots pendant des mois, jusqu'aux camps de masse avec tout ce qu'on sait ... C'est juste une question de degré et de destination de chaque camp qui les différencie. Disons que Mende abritait un camp d'internement d'Etrangers, tout le monde sera d'accord sur le terme.


Dernière édition par le Dim 16 Sep - 6:30, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:39

A Mende on n'est pas dans le même degré d'abjection qu'au Struthoff ou à Dachau, et ce serait très intéressant de lire les témoignages des gens qui ont survécu par la suite aux Nazis. Il y a plein de références sur les deux sites que j'ai cités, et il faudrait pouvoir lire tranquillement ce que les victimes en disent ou en on dit .
J'avais réagi rapidement à ton post parce que tu semblais mettre Dachau sur le même niveau que Rieucros, et même s'il participent tous les deux à une même idéologie et même si Mende pouvait conduire à Dachau, on ne peut pas employer le même terme pour ces deux genres de camps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 14:44

Loulou , pour moi enfermer des personnes ds un camp quelqu'il soit , pour les briser psychologiquement , les faire souffrir physiquement , les humilier, ou les utiliser comme esclaves ou expériences est immonde!!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 15:10

Où ai-je dit que Rieucros était une colonie de vacances ?
On n'a pas le droit de dire qu'à Mende les 160 photos du site prouvent qu'on n'était pas à Dachau, et de nuancer sur la dureté relative de ce camp qui n'a fusillé personne ? J'ai vu le Struthoff, (en hiver en plus) et ce serait vraiment déplacé de dire que Rieucros était le Struthoff de la Lozère.
J'ai comparé avec les centres de rétention actuels parce que ces centres étaient et sont des centres de rétention Préfectoraux (administratifs), ETAPES vers des centres d'extermination ou aujourd'hui vers une expulsion vers une dictature qui assassine les opposants.
Où ai-je dit qu'humilier des gens,les utiliser comme esclaves ou expériences n'était pas immonde ?


Dernière édition par le Dim 16 Sep - 6:32, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 15:19

Euh zen Loulou , j'ai jamais dit que RIEUCOS était comparable à DACHAU à STRUTHOFF , je pense simplement qu'on joue sur les mots avec le terme de camp de concentration ou d'extermination
Je ne t'ai point pris à partie que je sache?

Le fait d'avoir vu Dachau et ce que j'ai ressenti en le parcourant m'ont fait frémir d'horreur et , font que je mets tout ds le même sac, j'en conviens, c'est une atteinte à l'individu en tant qu'être humain, c'est ma façon de percevoir celà et c'est mon droit...

Je te remercie sur les infos sur Rieucos, je ne savais pas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 15:37

Rieucros ne suivait qu’une logique : rassembler les étrangères et politiques suspectes. Il est donc à dissocier des camps de concentration nazis.
Mais il reste un camp de la honte, responsable de l’emprisonnement abusif de femmes et d’enfants. On estime qu’entre 250 et 600 femmes y séjournèrent, avec une vingtaine d’enfants, dans des conditions parfois épouvantables.
Si une quarantaine de Mendois travaillaient dans le camp, l’attitude de la population locale était à la méfiance : ces « femmes de mauvaise vie », communistes ou simplement étrangères, n’étaient-elles pas accusées de troubler l’ordre public ?
Malgré cela, Henri Bourillon, maire de Mende à l’époque, mort en déportation, s’est efforcé d’adoucir leur quotidien en permettant la scolarisation des enfants et la vente sur le marché de produits de travaux manuels.


http://www.politis.fr/article918.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 15:42

http://www.camp-rieucros.com/#

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 16:22

Merci pour ce nouveau lien.
Avec ce site qui est un bon résumé + les 2 que j'ai donnés plus haut, on a un dossier assez complet sur Rieucros.
On a les réponses à cette histoire de vocabulaire sur le terme exact à retenir qui apparaît donc être le suivant : Camp d'internement de Rieucros dans les 3 pages de l'édito :

http://www.camp-rieucros.com/camprieucros/edito.htm
http://www.camp-rieucros.com/camprieucros/edito2.htm
http://www.camp-rieucros.com/camprieucros/edito3.htm

Intéressante la page d'accueil qui fait le lien avec nos préoccupations actuelles et qui dit ceci :

Le camp de Rieucros reste un exemple de défaillance républicaine et de honte pour son mépris des droits de l'homme.

Les camps de Rétention Administrative qui emprisonnent des Etrangers actuellement en danger dans leur pays sont exactement des exemples de défaillance républicaine et de honte pour le mépris des droits de l'homme manifesté par les nouvelles lois Sarkoziennes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Piboule le Sam 15 Sep - 16:33

Le malheur c'est que l'exemple du chambon peut faire boule de neige, ça maintient l'école ouverte en plus ces gens ne votent pas et ne s'installent pas non plus !
Je n'arrive pas à trouver un site bien détaillé sur l'histoire de la Hongrie pendant la seconde guerre mondiale, tu peux m'aider loulou gé ?

Piboule
Faites la taire !

Nombre de messages : 12225
Points : 8169
Date d'inscription : 13/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 17:18

Bjr, je ne connais pas cette période , malheureusement :

http://azinno.free.fr/hongrie/histoire/histoire10.htm

dans: http://azinno.free.fr/hongrie/histoire/

Il parait important pour comprendre la Hongrie, de remonter au Traité de 1920 (Traité de Trianon) où la Hongrie perd, sans compter la Croatie, 2/3 de ses territoires et 10, 5 Millions d’habitant
et où s'installe la dictature de Horthy

1938-1940 : Arbitrages de Hitler à Vienne : la Hongrie récupère une partie de ses territoires : Haute- Hongrie (Slovaquie), Ruthénie subarpatique, Transylvanie du Nord.

1941 : Entrée en guerre contre l’Union Soviétique

1944 : Occupation par l’Allemagne

1945 : Libération du pays par l’armée russe. Les frontières de Hongrie sont ramenées à celles de 1920.


Dernière édition par le Dim 16 Sep - 6:36, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Invité le Sam 15 Sep - 17:54

L'Histoire de la Hongrie semble entre 39 et 45 bien compliquée, du fait des questions ethniques, des territoires et populations arrachées au pays, du Pacte Germano-Soviétique...
L'Histoire de ces pays est vraiment très compliquée, mais voilà une page assez détaillée sur la période 39/45. Si tu ne lis pas l'Anglais, tu dois pouvoir utiliser un traducteur automatique ?

http://www.hungarian-history.hu/lib/macartney/macartney20.htm


Ce petit résumé reprend l'entre deux guerres à partir du traité de 1920 ;
http://impulzus.sch.bme.hu/info/hunhist.html#horthy :
Hungary in the Inter-War Years

After the fall of the communist regime and the departure of the Romanian troops from the country, a National Army created under the command of Admiral Miklós Horty, the one-time aide-de-camp of Emperor Francis Joseph, advanced on Budapest. Elections were held and on March 1, 1921, the National Assembly appointed Miklós Horty regent of Hungary.

After the election of the National Assembly, but before the election of the Regent, the Treaty of Trianon was signed. The provisions of this peace treaty were extremely severe. Hungary's territory was reduced to a third of its previous size, and the country was forced to pay a large indemnity. What's more, the territorial provisions of the treaty resulted in three million Hungarians being placed under the jurisdiction of neighbouring countries.

The Treaty of Trianon shocked Hungary not only by severing millions of Hungarians from the mother country - this could have been gradually made acceptable by the application of minority rights and the kind of handling of national frontiers now in evidence in Western Europe - but also by wrecking Central Europe's historical economic region.

Between the two world wars Hungary achieved a measure of economic development, though suffering heavy losses during the universal economic crisis of the thirties. Hoping for the recovery of the territories that had been lost as a result of the Treaty of Trianon, Hungary in her foreign policy got more and more under the influence of the Axis Powers. As a result of the Vienna Verdicts agreed upon in 1938 and in 1940, Hungary in fact recovered some of the territories annexed to Slovakia and Romania. Unfortunately, the country was by her alliance with the Axis Powers drawn into World War II, which she entered in 1941, by sending an army to the eastern front.

World War II brought heavy losses to Hungary: during the Battle of Stalingrad and the offensive on the Don, 40,000 soldiers of the Second Hungarian Army were killed and 70,000 were captured by the Soviet troops, and heavy damage was inflicted on Hungarian towns by the air raids of the Allies. The resistance against the country's involvement in the war grew and in March, 1944 Hitler, anxious to keep Hungary in the war, decided to occupy it. He sent for Horthy and while the Regent was staying in the leadership quarters in Germany, Hitler's troops marched in.

Horthy remained in his post as Regent and the new Hungarian puppet-government fulfilled all the demands of Veesenmayer, the German plenipotentiary. Further Hungarian troops were sent to the front, the Gestapo took the drive against the anti-Nazis, and more than half a million Jews were deported to the German death-camps. After Romania, Finland and Bulgaria followed by Italy's example and went over to the Allies, Horthy sent secret envoys to Moscow and a cease-fire agreement was signed. After the cease-fire proclamation was read over Budapest radio, however, Horthy's son, Miklós Horthy Jr., was taken prisoner by the Gestapo. Horthy was forced to sign a document appointing the Arrow Cross leader Ferenc Szálasi National Protector and then was taken to Germany with his family, where he lived in captivity. After the war, Horthy moved to Portugal, where he died in exile in 1957.

The war continued. The German army was finally driven out of Hungary by the Soviet army in April, 1945. The war took the lives of half a million Hungarians, and forty per cent of the nation's material resources were destroyed. The provisions of the Treaty of Trianon were reinstated and Hungary was forced to pay a large indemnity.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par cilaos le Sam 15 Sep - 20:46

justement sur le site donné par Velvet :

l'histoire du camp de Rieucros amène à des confusions et à des aberrations qu'il convient de gommer. Bethan GASS, une étudiante galloise de l'université de Sheffield, montre que la principale ambiguité réside dans la dénomination officielle de " camp de concentration " attachée à Rieucros. Cette appellation est aujourd'hui rejetée par un grand nombre de personnes en raison de la connotation terrifiante qui est désormais attachée aux camps de concentration. Dans la conscience collective, les camps de concentration sont en effet assimilés aux seuls camps d'extermination nazis. Celui de Rieucros ne peut donc en aucun cas être assimilé à un camp d'extermination.

Aujourd'hui, par égard pour les victimes des nazis, on le désigne davantage comme un camp d'internement. Cette politique de concentration de personnes, est créé en temps de crise afin d'isoler temporairement les personnes estimées menaçantes pour la sécurité nationale. Il s'agit dans ce cas d'une réponse ponctuelle à une crise et non la mise en pratique d'une idéologie barbare de destruction. Le quotidien des internés de Rieucros est à ce titre bien moins terrifiant que celui des déportés en Allemagne. Il n'y a pas de volonté de la part des autorités françaises de faire travailler les internés jusqu'à épuisement et encore moins celle d'avilir des personnes humaines.

le probleme (aussi l'avantage) de la langue française est son
vocabulaire "avantageux" qui peut etre interprété differement
selon divers facteurs : age, lieu de vie, susceptibilté ....

cilaos
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 9653
Age : 55
Points : 10652
Date d'inscription : 15/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.randoreunion.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par salazie le Dim 16 Sep - 12:10

salut Loulou, en lisant ce que tu as ecrit hier j'avais la chair de poule je découvre que chez nous un tel camp a existé même au lycée où la guerre était au programme ni Boyer ni Mathieu-Daudet n'en ont parlé et pourtant c'étaient des cours que j'écoutais je suis allé sur le site je n'ai pas tout lu il était trop tard mais comme toi je comparerais volontier ce camp aux centres de rétention actuels dont on parle trop peu hélas je vais relire tout ça A+

salazie
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1129
Age : 66
Points : 4158
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par millou le Dim 16 Sep - 14:36

sunny

Moi c'est pareil j'avais jamais entendu parler de ce centre d'internement en lozère.

Bien qu'il a l'air moins dure qu'un camp de concentration ,c'est quand même un centre de trie avant déportation.

millou
Membre trop actif
Membre trop actif

Nombre de messages : 2482
Points : 4966
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Papy Jea le Dim 16 Sep - 15:36




Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter ?
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

Papy Jea
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Nicole le Dim 16 Sep - 15:46

Drôle...On dirait le spectre de Lord Rashley dans celui de papy Jean-René! (cheyenne les doigts en croix) Je te somme de sortir de ce corps, satané bougre de Lord! Laughing Cool

Nicole
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 1240
Age : 54
Points : 3858
Date d'inscription : 13/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CAMP D'INTERNEMENT DE RIEUCROS (Mende)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum